Covid-19 en France : une épidémie en « progression » mais « maîtrisable »

Paris, le vendredi 24 juillet 2020 - Santé publique France (SPF) a publié, hier soir, son point détaillé de l’épidémie qui met en évidence une transmission de l’infection à SARS-COV-2 en augmentation pour la troisième semaine consécutive.

Nouvelle semaine de frémissement

Ainsi, en semaine 29 (13 au 19 juillet), sont en hausse ou demeurent stables le nombre de nouveaux cas confirmés (4 397 [sur 360 956 tests] vs 3 910), le taux de positivité des tests (1,2 % vs 1,1 %), les passages aux urgences (1914 vs 1 515), les nouvelles admissions en réanimation (83 vs 78) et les nouvelles hospitalisations (604 vs 606). Cependant, les décès continuent à reculer (94 vs 182).
Ainsi, le taux d’incidence en France métropolitaine est désormais de 5,5 cas / 100 000 habitants (vs 4,4 en S28).

Dans le détail, on note une augmentation de l’incidence chez les enfants dès la S24, chez les adultes à partir de la S27 que ce soit chez les plus jeunes (15-44 ans) ou plus âgés (45-64 ans et 65 à 75 ans). Chez les plus de 75 ans, l’incidence a diminué jusqu’en S 28 et est en augmentation depuis la S29.

Au niveau local, sept départements métropolitains ont des taux d’incidence supérieurs à 10/100 000 habitants : Mayenne (72,4 /100 000 habitants), Vosges (20,0 /100 000 h), Finistère (15,6/100 000 h), Val d’Oise (13,3/100 000 h), Haut-Rhin (13,1/100 000 h), Paris (12,5/100 000 h) et Seine-Saint-Denis (11,1/100 000 h).

En Mayenne, le nombre de cas confirmés a continué à augmenter (135 en S27, 171 en S28 et 221 en S29) mais le taux de positivité est en diminution (3,3% en S29, 5,7% en S28, 8,1% en S27, 3,1% en S26) en raison probablement d’une forte hausse du dépistage.
Autre point critique, en Outre-mer où en Guyane, en semaine 29, les indicateurs étaient en baisse. Le taux de positivité était de 17,5 % (vs 21,3% en S28) et le taux d’incidence de 222,9/100 000 habitants (vs 323,7/100 000h en S28). A Mayotte, les marqueurs suivis étaient en progression et rejoignent les niveaux de la semaine 27. Le taux de positivité était de 9,4% (vs 5,9% en S28 et 10,2 en S27) et le taux d’incidence de 31,5/100 000 habitants (vs 18,2/100 000 h en S28, 33,3 en S27).


Muscler le déconfinement ? 

Concernant les clusters, au 22 juillet 2020, le bilan s’élève à 447 dont 424 en métropole et 23 dans les départements-régions d’outre-mer. La tendance depuis deux semaines (S28-S29) est « soutenue, du même ordre de grandeur qu’à la levée du confinement » note SPF.

Un quart de ces agrégats est en cours d’investigation (27%, n=122) dont un tiers considéré comme connaissant une criticité élevée (potentiel de transmission, critères de gravité). Ils surviennent pour 82 % dans 4 types de collectivités : établissements de santé (23%), entreprises hors santé (23%), établissements/communautés associés à des situations de précarité et de vulnérabilité (19%), milieu familial élargi (17%). La majorité (69%) comporte plus de 5 cas et le nombre moyen de cas par cluster est de 14 cas. Au total, les 447 foyers sont à l’origine de 6 423 cas.

En France métropolitaine, le nombre de reproduction de base (le fameux R) calculé grâce aux données virologiques (SI-DEP) est de 1,29 (intervalle de confiance (IC95%) : 1,25-1,33). Celui établi à partir des données de passages aux urgences (OSCOUR®) est de 1,26 (IC95% : 1,20-1,32). Rappelons que le R s’établissait à 1,18 en semaine 28 et à 1,05 en semaine 27, mais qu’en période de circulation virale faible cette donnée ne peut être facilement interprétée.



L’analyse de ces différents chiffres permet aux épidémiologistes de SPF de conclure que « la progression de la transmission du virus se confirme mais reste cependant modérée et donc maîtrisable ».

Dans ce contexte, était réuni ce matin un Conseil de défense autour du Président de la République pour réfléchir à certaines mesures : diminuer la jauge maximale de 5000 personnes pour les grands rassemblements, renforcer les contrôles aux frontières, trouver des solutions pour fluidifier l’accès au dépistage dans certaines régions ou encore une nouvelle extension de l’obligation du port du masque.

F.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article