Numerus clausus : une idée d’une « rare bêtise » pour le Pr Raoult

Dans une interview accordée à l’Express, le Pr Raoult s’attaque au numerus clausus en médecine : « tout le merdier dans lequel nous sommes en France c’est à cause des modélisateurs. Prenez le numerus clausus, mis en place en partie par une icône de ce pays, Simone Veil. Cette restriction dramatique du nombre de médecins était fondée sur des modèles qui n’avaient intégré ni la longévité, ni la féminisation du métier, ni la baisse générale du temps de travail ». Le patron de l’IHU conclut qu’il s’agissait d’une idée d’une « rare bêtise ».

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • Numerus Clausus inventé décidé par des Non Médecins.

    Le 02 juin 2020

    Un des 120 Créateurs du SML, après dix ans d'activité en Cabinet, j'ai protesté à une Assemblée du Syndicat à Paris en automne 1982, contre le maintien de l'idée saugrenue pour les Secteurs 2, justement attachés à une Médecine Lente, Soigneuse et Humaniste, de continuer cette absurdité Economico-machin-chose (baisser l'Offre pour faire baisser la Demande...) qui était de limiter le nombre de confrères DÉJÀ PAS ASSEZ NOMBREUX...et victime de l'Abattage en cours (Neuro-psy à 40 Actes par jour.. pour nos meilleurs escrocs!(un copain d'Internat)!) pour réaliser cette Nouvelle Pratique (Secteur2), des adhérents du SML!
    Une vie professionnelle donc, pour constater l'incurie française, et mondiale, devant le Réel humain.
    Bravo! Continuez!
    (Je ne vais plus vous importuner longtemps!).

    Dr Jacques Borek

  • Seul un polytechnicien...

    Le 02 juin 2020

    Enfin quelqu'un qui explique clairement les raisons de l'instauration catastrophique du Numérus Clausus avec,toutes ses conséquences néfastes
    Je me permettrai d'ajouter une explication supplémentaire, qui a trotté dans l'esprit de ses concepteurs, le numérus clausus, par la baisse du nombre de médecins, était aussi destiné à participer à une diminution du coût du budget de la S.S. Seul un polytechnicien pouvait avoir une vision financière, arithmétique de la Santé.

    Dr Francis Romano

Réagir à cet article