Un comité pour évaluer le risque de méningiome en cas d’utilisation de progestatifs

Depuis 2019, des études ont pu prouver que la consommation de certains médicaments hormonaux (nomegestrol, chlromadinone, cyprotérone) pouvaient favoriser l’apparition de méningiome. L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a donc décidé de créer un nouveau comité, composé de professionnels de santé et de représentants d’associations de patients qui, pour chaque produit commercialisé, devra évaluer le risque de survenue de méningiome et établir des recommandations.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.