Un tiers des médecins regrettent leur choix de métier

Selon une enquête du site Medscape, 1 médecin sur trois regrette d’avoir choisi ce métier !

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Du bon et beaucoup trop de mauvais

    Le 06 mai 2021

    Autant que je m'en souvienne, il y a quelques années, récemment, le conseil de l'ordre, avait, me semble-t-il, effectué également un sondage internet et la proportion des déçus, n'était pas aussi importante. Peut être cette proportion minimisée, alors, avait l'avantage de mettre moins en accusation le conseil de l'ordre et les différents syndicats médicaux, censés défendre la profession ?
    Si la matière médicale est exceptionnelle dans son étendue, et je ne crois pas que cet aspect là soit à l'origine du regret dont on parle ici; c'est plus les conditions d'exercice (financières impactant sur la qualité des actes, directement ou indirectement, et la quantité), et le mensonge qui classe cette profession en "profession libérale" alors qu'il ne s'agit que d'une médecine étatisée, politisée, sans aucune liberté, y compris thérapeutique, ayant abouti en apothéose dans cette période.

    Cette médecine "politique" va probablement s'accentuer car qui peut croire que le déficit abyssal, atteint du budget de la France, la paupérisation économique aggravée de ce pays en conséquence des choix récents politiques, et la mise en place depuis plus de 40 ans, du concept de "dû" en matière d'économie de la santé, vont s'envoler par miracle.

    Maintenant, il faut se rappeler que, comme toute chose du domaine économique, ce sont les cycles qui dominent. Et ce n'est pas la première fois que cette profession, est dans un cycle "en baisse". Pour l'anecdote, sous Louis XIV, ce n'était pas terrible, non plus... Les lycéens qui envisagent de faire "médecine" ou une autre profession médicale ou para-médicale, devraient bien réfléchir avant, et se souvenir de ce qu'a été la médecine "politisée" à l’extrême, dans l'histoire récente du XX siècle.

    Dr Christian Trape

Réagir à cet article