Alcool et placenta : une revue alarmante de la littérature

Quatre millions de grossesses sont recensées chaque année aux États-Unis. Les estimations, dans ce pays, indiquent que 40 % des femmes boivent de l’alcool au cours de la grossesse. 500 000 femmes enceintes boivent de l’alcool au moins une fois par semaine et 80 000 ont des niveaux élevés d’exposition à l’alcool tout au long de la grossesse. Les estimations de la prévalence des effets nocifs de l’alcoolisation fœtale vont de 0,5 cas pour 1 000 naissances vivantes à 9,1 cas pour 1 000, soit de 2 000 à 36 400 cas pour la cohorte des naissances annuelles aux États-Unis, avec un taux de récidive atteignant 75 % lorsque la mère poursuit son intempérance aux grossesses suivantes. La consommation d’alcool au cours de la grossesse est grevée d’une mortalité fœtale de 4 à 5 %, et d’une mortalité maternelle estimée à 4,5 % sur une période de 10 ans.

Dans ce contexte, des auteurs américains et sud-africains, pédiatres de la faculté de médecine du Dakota du Nord, anatomopathologistes d’Harvard et obstétriciens d’Afrique du Sud (où le syndrome d’alcoolisme fœtal atteint, dans certaines régions, 4 % des enfants nés vivants, voire plus) ont effectué une revue de la littérature intéressant la relation entre l’exposition prénatale à l’alcool et le développement, la structure et la fonction placentaire.

La revue, qui a porté sur la littérature publiée en anglais entre 1996 et 2006, a inclus 66 articles que les auteurs ont regroupé en sept items d’intérêt : pharmacocinétique du métabolisme placentaire de l’alcool, modifications fonctionnelles du flux sanguin du placenta et du cordon, altérations de la structure du placenta, transport placentaire, exploration biochimique de la fonction placentaire, morbidité et mortalité fœtale due à l’exposition prénatale à l’alcool.

Les études identifiées montrent que l’alcool de la circulation maternelle traverse rapidement la barrière placentaire, qu’en une heure, les taux d’alcool chez le fœtus et dans le liquide amniotique sont à peu près équivalents aux taux maternels, sans possibilité de clairance métabolique efficace via le placenta et le foie fœtal.

Les résultats de cette revue de la littérature associent l’alcoolisation prénatale à nombre d’effets sanitaires indésirables : à une dysfonction placentaire, à une réduction de la taille du placenta, à des altérations du flux sanguin et du transport des nutriments, à des modifications endocriniennes, à un accroissement de la mortinatalité, et à une augmentation du risque d’hématome rétroplacentaire, de vasoconstriction du cordon et de petit poids de naissance.

Ces risques soulignent la nécessité d’actions préventives, et les auteurs mettent l’accent aussi sur l’utilité de marqueurs d’exposition prénatale à l’alcool, qui permettraient d’intervenir plus précocement. Des banques de placentas et de données (concernant notamment les effets placentaires de l’alcool et du tabac) seraient également nécessaires.

Dr Julie Perrot

Référence
Burd L et coll. : Ethanol and placenta : A review. J Matern Fetal Neonatal Med 2007 ; 20 : 361-75.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (4)

  • "Alcool et placenta : une revue alarmante de la littérature"

    Le 16 août 2007

    Arrêtez de nous casser les pieds avec "les gens qui consomment de l'alcool" qui courent évidemment des risque élevés avec une consommations de mauvais alcools plus ou moins combinés à la drogue et qui sont totalement imbibés. Mais ceux qui boivent couramment toute leur vie sans aucun excès du bon vin et pas "de l'alcool" sont normaux même quand leur mère n'a rien changé à ses habitudes quotidiennes alimentaire pendant la grossesse. Un très grand nombre de mères françaises normales a enfanté des enfants normaux: je peux vous en citer un annuaire entier. J'habite à bordeaux; il n'y a pas plus de malformés qu'ailleurs et ce ne sont pas nos vins qui posent le plus de problèmes!

    Salut cordial.

    Professeur (Chirurgie, retraité) Jean-Pierre Clarac

  • "Alcool et placenta : une revue alarmante de la littérature"

    Le 17 août 2007

    Il est de tristes réactions lorsque l'on sait qu'un français, P.Lemoine (Ouest Médical en 1968) est l'auteur de la description princeps des dangers de l’exposition prénatale à l’alcool (SAF). Curieuse façon de contribuer à la prévention de drames familiaux. Apprécier le bon vin est sans doute une bonne chose, oublier ses dangers dans certaines situations en est une autre !

    Pr Maurice Bazot

  • "Alcool et placenta : une revue alarmante de la littérature"

    Le 18 août 2007

    Merci de cette démonstration limpide. Fort heureusement, toutes les mères qui boivent durant leur grossesse n'enfantent pas des bébés atteints de foetopathie alcoolique et tous ceux qui fument, ne meurent pas de cancer du poumon, mais améliorer le niveau général de santé de nos concitoyens est un souci pour tout médecin, puisque l'article 2 du code de déontologie nous dit: "le médecin est au service de l'individu et de la santé publique,..." Le médecin n'est donc pas au service de l'économie générée par la production des boissons alcoolisés ou du tabac.

    Farhan Yazdani, Chirurgien en exercise

  • "Alcool et placenta : une revue alarmante de la littérature"

    Le 18 août 2007

    Mais oui c'est bien sur! dans l'assommoir Gervaise ne buvait que du whisky ou du bourbon...

    Bruno Mezerette

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.