Fonctions cognitives et vie quotidienne du sujet âgé : que la lumière soit !

Chez le sujet âgé atteint d’une démence, le déclin cognitif est fréquemment accompagné de troubles affectant notamment l’humeur, les comportements, le sommeil et les activités de la vie quotidienne. Le risque inhérent à ces perturbations de gravité croissante est la perte progressive de l’autonomie qui aboutit au placement en institution. Les possibilités thérapeutiques sont très limitées à l’heure actuelle, tout au plus symptomatiques.
 
De ce fait, il est logique de diversifier les approches du problème. Les variations circadiennes du pacemaker cérébral, localisé dans les noyaux suprachiasmatiques hypothalamiques, peuvent d’ailleurs contribuer aux désordres précédemment évoqués. Le système circadien qui rythme le temps au sein de l’organisme est très sensible à la lumière environnementale, tout autant qu’à la mélatonine.

Son fonctionnement peut d’ailleurs être compromis par la perte de la synchronisation entre ces paramètres physiques et biologiques. En cas de démence, la synchronisation peut être profondément altérée par la diminution de l’exposition à la lumière et la baisse de la production de mélatonine. De fait, l’exposition intermittente à une lumière vive peut améliorer les troubles touchant les comportements et le sommeil.

Quel pourrait être l’impact à long terme d’une stimulation du système circadien par la combinaison de la lumière du jour et la prise de mélatonine ? Un essai randomisé multicentrique, mené à double insu, chez des sujets âgés résidant aux Pays-Bas permet de répondre à cette question. Au total, 189 sujets âgés, dont 90 % de sexe féminin (85,5+/-5,5 ans) tous institutionnalisés ont été inclus dans cette étude, entre 1999 et 2004. Il existait une démence dans 87 % des cas. La durée maximale de l’essai a été de 3,5 années (moyenne, 15+/12 mois).

Dans un groupe, l’exposition à la lumière du jour (+/- 1000 lux) a été combinée à la prise vespérale de mélatonine (versus +/-300 lux et placebo dans l’autre groupe). Des échelles standardisées et validées ont été utilisées pour évaluer les troubles cognitifs et non cognitifs, tout autant que les limitations dans la réalisation des activités quotidiennes.
 
L’exposition à la lumière a permis de diminuer :
1) la détérioration cognitive de 0,9 points (5 %), évaluée par le MMSE (Mini-Mental State Examination) ; 2) les symptômes dépressifs de 1,5 points (19 %), évalués au moyen de la Cornell Scale for Depression in Dementia ;
3) les limitations fonctionnelles de 1,8 points/an (53 %) au moyen de l’échelle permettant d’apprécier les activités de la vie quotidienne.

La prise de mélatonine, pour sa part, a permis de :
1) diminuer le temps d’endormissement de 8,2 minutes (19 %) ;
2) d’augmenter la durée du sommeil de 27 minutes. Cependant, ces avantages ont été obtenus au prix d’effets indésirables, quoique modestes, sur l’affect.

La combinaison de la lumière et de la mélatonine a eu des effets positifs sur :
1) les comportements agressifs (-3,9 points soit - 9 % sur l’index d’agitation) ;
2) sur l’efficience du sommeil (+ 3,5 %) ;
3) les phases d’agitation et de réveils nocturnes et l’insomnie (soit 1 minute/heure chaque année, 9 %).

La lumière semble avoir un effet modeste, quoique significatif, sur certains troubles cognitifs et non cognitifs chez le sujet âgé atteint d’une démence. L’association lumière et mélatonine semble bien être la combinaison la plus efficace et la mieux tolérée, dans la mesure où les effets indésirables de la mélatonine seraient contrôlés ou atténués par la lumière.

Dr Giovanni Alzato

Référence
Riemersma-van der Lek RF et coll. : Effect of bright light and melatonin on cognitive and non cognitive function in elderly residents of group care facilities. A randomized controlled trial. JAMA 2008 ; 299 : 2642-2655.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.