Le risque de tumeurs génitales chez les hommes traités par PUVA persiste bien après la dernière séance

En 1990, R Stern et coll. alertaient le monde de la dermatologie en publiant dans le New England Journal of Medicine les données de la PUVA Follow-up Study, menée chez 1380 patients (dont 892 hommes) ayant débuté une PUVA thérapie (psoralène plus UVA) pour psoriasis. Celles ci illustraient en effet une augmentation très significative et dose dépendante de l'incidence des épithéliomas spinocellulaires au niveau des zones génitales chez les hommes traités par PUVA. Ces observations devaient ainsi conduire à corriger la prise en charge en réduisant les indications de la PUVA, en diminuant les posologies et en proposant aux utilisateurs une protection des zones génitales.

R Stern publie aujourd'hui dans le Journal of American Academy of Dermatology les résultats du suivi (jusqu'en novembre 1998) de ces patients. Parmi les 892 hommes de la cohorte initiale, 336 sont décédés et 454 des 556 survivants ont participé à la dernière évaluation. La plupart d'entre eux ont abandonné la PUVA thérapie après 1990 et ceux qui l'ont poursuivie ont bénéficié d'une protection des zones génitales. Néanmoins des tumeurs génitales qui n'étaient pas présentes en mai 1989, date de la fin du suivi de la première étude, ont été retrouvées chez dix malades. Six d'entre eux avaient cessé la PUVA thérapie douze ans auparavant et deux autres avaient eu leur dernière séance de PUVA il y a dix sept-ans !
Au total, depuis 1989, l'incidence des épithéliomas spinocellulaires du pénis et du scrotum chez les sujets traités par PUVA à partir de 1975 et 1976 apparaît multipliée par 52,6 (Intervalle de Confiance à 95% : 19,3- 114,6) par rapport à population générale. Une analyse multivariée montre que le risque le plus élevé de tumeur génitale concerne les malades qui ont reçu les doses les plus élevées de PUVA et d'ultraviolets B associés au goudron topique avec un rapport d'incidence de 4,5 (IC 95% : 1,3-16,1) par rapport aux sujets qui ont été traités par de plus faibles doses.
En tout état de cause, l'incidence des tumeurs génitales chez les sujets enrôlés en 1975 est demeurée relativement constante (51 tumeurs diagnostiquées chez 24 patients en 23 ans et après 1989 pour dix de ces malades) au cours des deux phases de l'étude.

Un risque élevé de néoplasies génitales demeure donc chez les malades traités par PUVA, qu'ils aient poursuivi ou non le traitement et été protégés et parfois longtemps après la dernière séance, ce qui incite à une surveillance renforcée de ces patients.

Dr Marie-Line Barbet


Stern RS et coll. : « The persistent risk of genital tumours among men treated with psoralen plus ultraviolet A (PUVA) for psoriasis » J Am Acad Dermatol 2002 ; 47 : 33-9. © Copyright Jim Online 2002.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.