Lichen scléro-atrophique vulvaire : les dermocorticoïdes sont efficaces à long terme

Une équipe de l'hôpital Saint-Louis a suivi pendant plus de 20 ans, 83 femmes présentant un lichen scléro-atrophique vulvaire. L'âge moyen de ces patientes était de 59 ans, la majorité d'entre elles étaient âgées de 50 à 70 ans et 13 de ces patientes avaient plus de 70 ans. Le traitement reposait sur l'utilisation d'un dermocorticoïde en crème d'activité très forte appliqué quotidiennement pendant 3 mois puis 3 fois par semaine.

Une rémission complète a été obtenue dans 54% des cas et la fréquence des rémissions, à 3 ans, était inversement proportionnelle à l'âge puisqu'elle était observée chez 70% des femmes âgées de moins de 50 ans et 23% des patientes de plus de 50 ans. Aucun cas de rémission complète n'a été observé chez les femmes âgées de plus de 70 ans.

Les 8 cas de carcinome spinocellulaire venant compliquer ce lichen scléro-atrophique ont été observés chez des femmes âgées de 68 ans en moyenne. 6 de ces patientes présentaient d'emblée un carcinome épidermoïde lorsque le lichen scléro-atrophique a été diagnostiqué et les 2 autres cas ont été observés d'une part chez une femme qui n'avait pas été suivie depuis 3 ans après la fin de son traitement dermocorticoïde et d'autre part chez une femme qui avait suivi son traitement de façon épisodique.

A partir de cette série relativement importante de lichens scléro-atrophiques vulvaires survenant le plus souvent chez des femmes âgées de plus de 50 ans, les auteurs concluent à l'efficacité certaine du traitement dermocorticoïde sur les symptômes et soulignent le fait que ce traitement a d'autant moins de chance de permettre une rémission complète des signes de lichen scléro-atrophique que les patientes sont plus âgées. Néanmoins, la poursuite ad libitum du traitement dermocorticoïde semble un élément crucial pour prévenir la survenue d'un carcinome épidermoïde vulvaire qui est une complication gravissime de cette pathologie inflammatoire invalidante.

Dr Patrice Plantin


Renaud-Vilmer C et coll. : « Vulvar lichen sclerosus. Effect of long-term topical application of a potent steroid on the course of the disease." Arch Dermatol 2004, 140 : 709-712. © Copyright 2004 http://www.jim.fr

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article