Moins d’ulcères digitaux dans la sclérodermie systémique avec le bosentan

Les ulcères digitaux ischémiques (UI) sont fréquents chez les malades souffrant de sclérodermie systémique (SSC). Il s’agit d’une complication douloureuse, handicapante et particulièrement difficile à traiter.

Le bosentan, inhibiteur des récepteurs de l'endothéline, inhibe la vasoconstriction induite par l'endothéline endogène dont la formation est augmentée dans certaines pathologies dont l'hypertension artérielle pulmonaire.

Une précédente étude (RAPIDS 1 Randomized Placebo controlled Investigation of Digital ulcers in Scleroderma) a montré que le traitement par bosentan était efficace contre l’apparition des UI chez les malades souffrant de SSC. Dans cette étude sur 16 semaines, le bosentan diminuait de 40 % le nombre de nouveaux UI versus placebo. Une nouvelle étude (RAPIDS-2), randomisée, en double-aveugle, contrôlée contre placebo a été réalisée afin de mieux évaluer les effets du traitement par bosentan oral sur les UI associés à la SSC.

Cette étude a été menée dans 41 centres en Europe et en Amérique du Nord et a concerné 188 patients atteints de SSC avec au moins 1 UI actif. Les malades ont été randomisés pour recevoir soit du bosentan 62,5 mg deux fois par jour pendant 4 semaines et 125 mg deux fois par jour ensuite pendant 20 semaines (n = 98) ou un placebo (n = 90) pendant 24 semaines. Les deux critères principaux d’évaluation étaient le nombre d’UI de novo et le temps de cicatrisation de l'ulcère.

A 24 semaines, le traitement par bosentan était associé à une réduction de 30 % du nombre de nouveaux cas d’UI par rapport au placebo (moyenne ± écart type : 1,9 ± 0,2 versus 2,7 ± 0,3, p = 0,04). Cet effet était plus important chez les malades entrés dans l’étude avec des UI multiples. Il n'y avait pas de différence entre les groupes en ce qui concerne la guérison de l'ulcère, la douleur et/ou le handicap. Le traitement par bosentan a été associé à l’apparition d’œdèmes périphériques et à une cytolyse hépatique.

Le traitement par bosentan réduit l’incidence des UI chez les malades atteints de SSC, mais ne semble pas avoir d’effet sur leur cicatrisation. Il est bien toléré et peut être un complément utile dans la gestion des malades atteints de SSC avec UI récurrents. L'incidence accrue d’une cytolyse hépatique avec le bosentan, constatée également dans plusieurs études antérieures rend nécessaire une surveillance régulière de la fonction hépatique. 

Dr Juliette Lasoudris Laloux

Références
Matucci-Cerinic M et coll.: Bosentan treatment of digital ulcers related to systemic sclerosis: results from the RAPIDS-2 randomised, double-blind, placebo-controlled trial.
Ann Rheum Dis., 2011;70: 32-38

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.