Un inhibiteur de JAK1 au secours de la DA

La dermatite atopique (DA) touche environ 20 % des enfants et adolescents et 5 à 10 % des adultes. Derrière cette prévalence élevée se cache des degrés d’atteinte différents de léger à modéré et de modéré à sévère. Si le premier niveau de gravité est accessible à des traitements topiques généralement efficaces, il n’en est pas vraiment de même pour les formes modérées à sévère pour lesquelles des traitements systémiques doivent être envisagés quand les traitements locaux sont en échec.

Parmi ces traitements systémiques les immunosuppresseurs (ciclosporine, méthotrexate voire aziathropine) ont une action relativement modeste avec des effets secondaires qui en limitent l’utilisation à long terme. L’emploi du dupilumab, anticorps monoclonal dirigé contre la sous unité du récepteur alpha de l’interleukine 4 qui bloque l’IL3 et l’IL4, seule biothérapie approuvée dans le traitement de la DA se heurte à la difficulté d’administration (injections sous cutanées), aux effets secondaires, à l’absence de réponse constante et à un échappement possible après un succès initial du traitement. C’est dire que d’autres options sont ardemment souhaitées.

L’une d’entre elle pourrait être un inhibiteur sélectif de Janus kinase 1 (JAK1) administré par voie orale, appelé abrocitinib.

L’inhibition de JAK1 conduit à une modulation des interleukines (IL3 et IL4 et d’autres encore), impliquées dans la pathogénie de la DA et du prurit.

Les résultats d’une nouvelle étude de phase 3 sont présentés dans un numéro récent du JAMA Dermatology. Il s’agit bien sûr d’un essai en double aveugle randomisé contre placebo, sur des patients de plus de 12 ans avec une DA modérée à sévère présente depuis plus d’un an et n’ayant pas répondu à un traitement topique de plus de 4 semaines sur 6 mois.

Étendue de la dermatose réduite de 75 % pour près de deux tiers de patients sous 200 mg/j d’abrocitinib

Ces 391 patients (229 hommes, âge moyen 35,1 ans (DS 15,1) ont été recrutés à partir de 115 centres dans le monde entre juin 2018 et Août 2019.

Ils ont été randomisés (2 :2 :1) pour recevoir de l’abrocitinib à la dose orale quotidienne de 200 mg (n = 155) ou 100 mg (n = 158) ou un placebo (n = 78) pendant 12 semaines.

Les investigateurs avaient pour objectifs principaux de déterminer à la 12e semaine de traitement :

  • la proportion de patients parvenant à un score IGA (Investigator Global Assessment) de 0 (blanchi) ou 1 (presque blanchi) avec une amélioration d’au moins deux degrés du grade de sévérité ;
  • et la proportion de patients présentant une amélioration d’au moins 75 % de l’Eczema Area Severity Score (EASI-75).

Les autres éléments examinés étaient l’évolution du prurit, le pourcentage de patients parvenant à un EASI-90, Les effets secondaires.

Parmi les patients dont les données étaient disponibles à la 12e semaine, un nombre plus important dans les groupes abrocitinib sont parvenus à l’IGA 0 ou 1 et à l’EASI-75 (score IGA 0 ou 1 : 59/155 [38,1 %] et 44/155 [28,4 %] dans les groupes abrocitinib 200 et 100 mg, vs 7/77 [9,1 %]  dans le groupe placebo ; EASI-75 94/154 [61,0 %]et 69/155 [44,5 %] vs 8/77 [10,4 %] respectivement).

Une centaine de patients dans les groupes abrocitinib ont eu des effets secondaires (42 dans le groupe placebo). Ceux-ci n’ont été sérieux que pour deux malades prenant 200 mg d’abrocitinib, 5 sous 100mg et sous placebo. Cinq cas de thrombocytopénie ont été constatés dans le groupe sous 200 mg.

Ces résultats semblent donc encourageants mais demandent à être confirmés à long terme et comparés à ceux du dupilumab.

La possibilité d’association avec d’autres traitements doit aussi être examinée.

Dr Marie-Line Barbet

Références
Silverberg JI et coll. : Efficacy and Safety of Abrocitinib in Patients With Moderate-to-Severe Atopic Dermatitis: A Randomized Clinical Trial. JAMA Dermatol., 2020; 156(8): 863-873. doi: 10.1001/jamadermatol.2020.1406.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Possibilité d’association ?

    Le 17 décembre 2020

    La possibilité d’association avec d’autres traitements comme la Photothérapie et les inhibiteurs topiques de la calcineurine ?

    Dr Mimoun Chourak

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.