Une étude française révolutionne le traitement de la pemphigoïde bulleuse

La pemphigoïde bulleuse est la plus fréquente des dermatoses bulleuses auto-immunes chez le sujet âgé avec environ 500 nouveaux cas par an en France chaque année. Son traitement actuel repose sur la corticothérapie par voie générale à la dose de 1 mg/kg de prednisone dans les formes sévères et de 0,5 mg/kg dans les formes plus modérées. Cependant malgré cette thérapeutique efficace sur les lésions bulleuses, la mortalité de l'affection reste très élevée en raison notamment de la mauvaise tolérance de la corticothérapie à ces posologies chez des sujets ayant en moyenne plus de 80 ans.
Plusieurs études ayant montré la possibilité de traiter la pemphigoïde bulleuse par des corticoïdes locaux puissants, le Groupe Français d'Etude des Maladies Bulleuses a initié un essai prospectif randomisé multicentrique de très grande ampleur puisque 341 patients y ont été inclus.
Les malades assignés au traitement local recevaient sur l'ensemble du corps un corticoïde local très puissant le propionate de clobetasol en crème (Dermoval) à la posologie de 40 g par jour en deux applications jusqu'au quinzième jour après le contrôle de la maladie, puis les doses étaient très progressivement réduites (20 g/j pendant un mois, 10 g/j pendant deux mois, 10 g un jour sur deux pendant 4 mois, et enfin 10 g deux fois par semaine pendant 4 mois).
Les malades assignés au traitement par voie générale recevaient 1 mg/kg/j de prednisone dans les formes extensives (plus de 10 nouvelles bulles par jour) et 0,5 mg/kg/j dans les formes plus modérées avec réduction progressive des doses sur un an.
Parmi les 188 formes extensives, le traitement local a été supérieur à la prednisone en terme de mortalité avec une survie à un an de 76 % contre 58 % (P=0,02). Le contrôle de la maladie a été également plus rapide (99 % à trois semaines dans le groupe Dermoval contre 91 % sous prednisone, P=0,02). La baisse de la mortalité observée sous traitement local est au moins en partie liée à une diminution de la fréquence des complications graves (29 % contre 54 %, P=0,006).
Pour les formes plus modérées, aucune différence significative n'a été constatée entre les deux types de traitement en dehors d'une diminution du nombre de jours d'hospitalisation.
Le traitement corticoïde local, selon un protocole relativement lourd de ce type, doit donc désormais être considéré comme le traitement de référence de la pemphigoïde bulleuse.

Dr Anastasia Roublev


Joly P et coll. : " A comparison of oral and topical corticosteroids in patients with bullous pemphigoid." N Engl J Med 2002; 346: 321-7. © Copyright Jim Online 2002.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article