Sirius: un espoir pour les patients infectés par le virus de l’hépatite C, cirrhotiques et résistants au traitement

Les malades infectés par le virus de l’hépatite C (VHC) et souffrant d’une cirrhose représentent une population prioritaire à traiter. Des résultats suboptimaux d’efficacité et de tolérance ont été observés chez des malades lorsqu’ils étaient traités par trithérapie associant interféron pégylé (PegINF), ribavirine (RBV) et antiprotéase de 1ère génération (IP, télaprévir et bocéprévir).

Cette étude, qui vient d’être publiée dans le « Lancet infectious disease » (1), a évalué la tolérance et l’efficacité d’une combinaison lédipasvir (LDV)/ sofosbuvir (SOF) chez des patients cirrhotiques en échec de traitements successifs par PegINF+RBV puis PegIFN+RBV+IP.

Dans cette étude en double insu, les patients tels que définis plus haut, ont été randomisés, avec une stratification en fonction du sous-type viral et de la réponse au traitement le plus récent pour recevoir LDV/SOF (90mg/400mg en association fixe) + un placebo de RBV pendant 24 semaines ou un placebo pendant 12 semaines puis LDV/ SOF+ RBV adaptée au poids pendant 12 semaines.

Au total, 155 patients cirrhotiques, d’un âge moyen de 56 ans (23-77), ont été randomisés.
La majorité d’entre eux étaient des hommes (n = 114 ; 74 %). 98 (63 %) étaient infectés par un VHC génotype 1a et 145 (94 %) étaient non CC IL28B.

A l’initiation du traitement, 28 patients (18 %) avaient une numération plaquettaire inférieure à 100 000/mm3, et 20 patients (13 %) avaient une albumine inférieure à 35 g/ dl.

Quarante-huit patients (31 %) avaient participé à l’étude CUPIC, la cohorte de suivi des patients traités par le télaprévir et bocéprévir dans le cadre de l’ATU de cohorte délivrée pour ces médicaments.

Le traitement a été bien toléré: tous les patients ont reçu l’intégralité du traitement à l’exception d’un patient qui a arrêté prématurément l’étude à cause d’un événement indésirable grave (sepsis) durant la période sous placebo. Ce patient a été exclu de l’analyse d’efficacité comme prévu dans le protocole.

Les taux de réponse virologique soutenue à la 12ème semaine étaient de 96 % (intervalle de confiance à 95 % [IC95] de 89 % à 99 %) pour le groupe LDV/ SOF+ RBV et de 97 % (IC95 de 91 % à 100 %) dans le groupe LDV/SOF.

Une fréquence similaire des événements indésirables a été observée dans le bras LDV/SOF 24 semaines et dans le bras LDV/SOF+RBV 12 semaines que ce soit durant la période de traitement actif ou la période sous placebo. Il s’agissait principalement d’asthénie et de fatigue.

Aucun événement indésirable spécifique à l’association LDV/ SOF n’a été rapporté.
Les anomalies biologiques de grade 3/4 étaient peu fréquentes et généralement isolées. Des diminutions du taux d’hémoglobine, correspondant à l’anémie liée à la RBV ont été observées au cours du traitement par LDV/SOF+RBV.
De plus des élévations des transaminases ont été observées durant la phase de placebo, cohérentes avec l’histoire naturelle d’une infection virale C non traitée.
 
Cette étude est très importante car elle montre que l’on peut traiter efficacement les patients sévères, ayant une cirrhose et réfractaires à des traitements successifs par PegIFN+RBV puis PegIFN+RBV+IP. Les deux schémas de traitements semblent avoir des taux de réponse et un profil de tolérance similaires. L’option LDV/SOF+RBV permet un traitement plus court et montre qu’il est possible de traiter des patients cirrhotiques compensés et résistants pendant 12 semaines seulement.

Pr Marc Bardou

Références
(1)Bourlière M et coll.: Ledipasvir-sofosbuvir with or without ribavirin to treat patients with HCV genotype 1 infection and cirrhosis non-responsive to previous protease-inhibitor therapy: a randomised, double-blind, phase 2 trial (SIRIUS). The Lancet infectious diseases 2015 ; Volume 15, No. 4: 397–404.

Bourlière M et coll.: L’association ledipasvir/sofosbuvir (LDV/ SOF) en un comprimé est sûre et efficace chez des patients cirrhotiques en échec d’une trithérapie associant interféron pegylé (PegIFN), ribavirine (RBV) et inhibiteur de protéase (IP). Journées Francophones d’Hépato-gastroentérologie et d’Oncologie Digestive- JFOHD - (Paris): 19-22 mars 2015.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article