Cancer du poumon : le scanner inutile pour la surveillance ?

La surveillance scannographique après chirurgie dans le cancer bronchique non à petite cellule repose davantage sur des avis d’experts que sur des données issues d’essais randomisés. Les recommandations actuelles de l’INCa préconisent d’ailleurs simplement la réalisation d’une « imagerie thoracique régulière » sans en préciser la modalité. On réalise généralement une radiographie thoracique tous les 3 mois pendant deux ans, puis tous les 6 mois pendant 3 ans, ainsi qu’un scanner thoracique avec coupes abdominales hépatiques et surrénales tous les 6 mois pendant 2 ans, et tous les ans pendant 3 ans.

Le congrès de pneumologie de langue française a été l’occasion de présenter les résultats d’un essai multicentrique comparant 2 programme de surveillance après exérèse complète d’un CBNPC de stade clinique I, II, IIIA, et T4 N0-2 : l’un des programmes était basé sur la clinique et des radiographies thoraciques, et l’autre sur le même programme, mais également associé à un scanner thoraco-abdominal et une fibroscopie bronchique (en cas de tumeur non adénocarcinomateuse). La surveillance se faisait tous les 6 mois pendant 2 ans, puis chaque année pendant 3 ans (pour un total de 5 ans).

Les habitudes vont-elles changer ?

De 2005 à 2012, 1775 sujets ont étés randomisés, avec un suivi médian de 8,7 ans. Il n’y avait aucune différence entre les deux stratégies de surveillance sur le critère de jugement principal (survie globale) (HR = 0,94 ; IC95 : 0,81-1,08 ; p=0,37). Dans le groupe de surveillance clinico-radiographique, le taux de survie à 8 ans était de 51,7 % contre 54,6 % dans le groupe de surveillance scannographique, sans différence significative.

Les résultats de cette large étude randomisée multicentrique suggèrent donc que la surveillance scannographique n’est pas associée à une amélioration de la survie, y compris après un long suivi. Tempérons ce premier constat : la publication intégrale de l’étude révèlera peut-être un sous-groupe de patients, pour lesquels une récidive a été détectée au scanner mais pas à la radio, et qui ont bénéficié de cette surveillance.

Ces résultats seront-ils à même de modifier les habitudes des praticiens ? On peut penser qu’il sera difficile, dans l’esprit des cliniciens mais également des malades, d’abonner purement et simplement cet examen. Il y a en tout cas de quoi remettre en question le caractère systématique de la surveillance scannographique. Notons qu’il ne semblait pas y avoir, dans tous les cas, d’effet délétère de la réalisation des scanners.

Dr William Hayward

Référence
V Westeel. Résultats de l’étude de phase III IFCT-0302 évaluant le scanner thoraco-abdominal dans la surveillance postopératoire des cancers bronchiques non à petites cellules (CBNPC). 22e congrès de pneumologie de langue française. 26 au 28 janvier 2018, Lyon.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article