Quelle est la place de la N-acetylcysteine dans le traitement des BPCO ?

La N-acetylcysteine est un anti-oxydant largement prescrit dans les broncho-pneumopathies chroniques obstructives (BPCO) en association avec le traitement classique. Plusieurs méta-analyses ont en effet montré que ce médicament diminuait la fréquence des poussées de 22 à 29 % et une étude rétrospective a retrouvé une diminution significative du taux de réadmission chez les patients traités.

Pour mieux évaluer les effets éventuels de la N-acetylcysteine, une vaste étude multicentrique (50 centres), internationale, en double aveugle a été initié en 1997. 523 malades souffrant de BPCO pure (c'est-à-dire sans autres pathologies broncho-pulmonaires) ont été randomisés entre un traitement quotidien par 600 mg de N-acetylcysteine et un placebo. Le suivi a duré 3 ans. Les critères principaux de jugements étaient la réduction annuelle du volume expiratoire maximum par seconde (VEMS) et le nombre de poussées annuelles. La compliance aux traitements a été satisfaisante (354 sujets ont terminé l'étude avec un taux d'arrêts un peu plus élevé dans le groupe placebo qu'avec le traitement actif).

Contrairement à ce qui était attendu, aucun effet significatif n'a été constaté sur les 2 critères de jugement principaux. Ainsi, la diminution du VEMS a été de 54 mL/an sous traitement actif contre 47 mL sous placebo (NS) et le nombre de poussées annuelles de 1,25 sous N- acetylcysteine contre 1,29 sous placebo (NS). Aucun effet significatif n'a non plus été constaté globalement sur les critères secondaires de jugement (baisse de la capacité vitale, capacité de diffusion du CO).

Une analyse par sous groupes a toutefois montré que chez les patients ne prenant pas de corticoïdes inhalés le traitement actif diminuait la fréquence des poussées : 130 poussées contre 187 sous placebo (p=0,40).

On peut donc conclure que globalement, la N- acetylcysteine à cette posologie quotidienne de 600 mg n'a pas d'action sur l'évolution de la BPCO. Toutefois, il est possible que les effets du produit soient masqués chez les sujets sous corticoïdes inhalés et que ce médicament soit efficace chez les sujets n'étant pas sous corticoïdes.

Un nouvel essai, peut-être à des posologies supérieures (1200 à 1800 mg/j), pourrait confirmer cette éventuelle indication.

Dr Céline Dupin


Decramer M et coll. : " Effects of N-acetylcysteine on outcomes in chronic obstructive pulmonary disease (Bronchitis Randomized on NAC Cost-Utility Study, BRONCUS): a randomised placebo-controlled trial." Lancet 2005; 365: 1552-60. © Copyright 2005 http://www.jim.fr

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article