La dapaglifozine dans l’IRC sévère associée ou non à un diabète : bons échos du DAPA-CKD trial

Le DAPA-CKD trial est un essai randomisé mené en double insu contre placebo, à la fois multicentrique et international, conçu pour évaluer l’effet cardio- et néphroprotecteur potentiel de la dabagliflozine chez des patients atteints d’une insuffisance rénale chronique (IRC) associée ou non à un diabète de type 2. Il s’est avéré que globalement, ce représentant d’une classe pharmacologique nouvelle, celle des inhibiteurs du SGLT2, réduisait le risque rénal tout en améliorant le pronostic vital, qu’il existe ou non un diabète à l’état basal. Ce bénéfice thérapeutique s’observe-t-il en cas d’IRC sévère définie par un débit de filtration glomérulaire estimé (DFGe) <30 ml/min/1,73m2 ?

L’essai précédemment évoqué apporte des éléments de réponse à cette question. Le profil biologique des 4 304 participants était caractérisé par un DFGe compris entre 25 et 75 ml/min/1,73m2 et un rapport albumine/créatinine urinaire entre 200 et 5000 mg/g. Le critère de jugement primaire avait inclus les éléments suivants : baisse soutenue du DFGe ≥50 %, survenue d’une IRC terminale et décès en rapport avec une cause rénale ou cardiovasculaire.

Effet néphroprotecteur même en cas d’IRC sévère en l’absence de diabète

Une analyse spécifique a porté sur 624 participants dont le DFGe basal était <30 ml/min/1,73 m2 (versus 3 680 patients dont le DFG basal était ≥ 30 ml/min/1,73 m2) dont 293 affectés au groupe dapagliflozine et 331 au groupe placebo. Dans le groupe traité, le critère de jugement primaire a été moins souvent atteint que dans l’autre groupe, soit une réduction de 27 %. La même tendance a été observée pour ce qui est de la mortalité tant rénale (17 %) que cardiovasculaire (32 %) comparativement au placebo. Ces différences se sont avérées indépendantes des valeurs du DFGe <30 ou ≥ 30 ml/min/1,73m2, aucune interaction statistiquement significative n’étant mise en évidence entre les sous-groupes correspondants. En cas de DFGe <30 ml/min/1,73m2, la décroissance annuelle de ce paramètre dans le groupe traité a été de 2,15 versus 3,38 ml/min/1,73m2 dans le groupe placebo. La fréquence des évènements indésirables sérieux a été voisine dans tous les sous-groupes, quelle que soit la valeur du DFGe.

L’essai DAPA-CKD fait date dans la prise en charge de l’IRC : la dapagliflozine qui est un i SGLT2 , semble bien faire preuve d’un effet néphroprotecteur voire cardioprotecteur qui est manifeste même en cas d’IRC sévère en l’absence de diabète. S’agit-il d’un effet propre à ce médicament ou d’un effet de classe ?

L’IRC fera-t-elle partie des indications de la dapagliflozine et sur quels critères reposera son éventuelle prescription ? Ces questions trouveront des réponses dans d’autres études contrôlées visant à établir avec plus de précision le rapport efficacité/acceptabilité de ce médicament dans le cas de l’IRC.

Dr Philippe Tellier

Référence
Chertow GM et coll. The effect of dapaglifozin in patients with e GFR <30 ml/min/1,73m2 from the DAPA-CKD trial. Congrès international de néphrologie. Du 15-19 avril 2021 (virtuel).

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article