Un nouveau gel de silicium pour traiter la colopathie diarrhéique

Le syndrome du côlon irritable avec diarrhée (SII-D) est une affection fréquente et parfois difficile à traiter qui réduit significativement la qualité de vie. Des études antérieures ont montré que les patients atteints du SII-D ont une incidence mensuelle de douleurs abdominales et de selles liquides plus élevée que ceux souffrant d’autres sous types de SII avec de pénibles épisodes urgents.

Enterosgel (polymethylsiloxane polyhydrate) est un adsorbant intestinal déjà commercialisé en Europe dans les diarrhées infectieuses aiguës. Son innocuité et son efficacité chez les patients atteints du SII-D restait à démontrer par un essai multicentrique contrôlé et randomisé ; celui-ci vient d’être publié dans la prestigieuse revue Gut.

Après une phase de dépistage de 2 semaines, les patients inclus ont été randomisés dans une phase en double aveugle de 8 semaines, suivie d'une phase ouverte de 8 semaines et d'une phase de suivi. Les participants ont enregistré la consistance des selles, la douleur et les symptômes globaux dans des journaux électroniques et des questionnaires.

Le critère de jugement principal était le pourcentage de répondeurs selon l’évolution d’un score composite de douleur abdominale (diminution ≥ 30 % du score hebdomadaire) et de consistance des selles (réduction de 50 % du nombre de jours par semaine avec au moins une selle de type  6 ou 7 sur le score de Bristol) pendant au moins 4 semaines de la période de traitement.

Un total de 440 patients atteints du SII-D a été randomisé en double aveugle avec 393 patients continuant ensuite la phase en ouvert. Le taux de réponse à partir du score composite était de 37,4 % pour Enterosgel vs 24,3 % pour le placebo (Odds ratio OR 1,95, Number need to treat NNT 8, p = 0,002).

Enterosgel a également amélioré la consistance des selles (48,5 % vs 32,5 %, p < 0,0001), les douleurs abdominales (53,3 % vs 40,2 %, p = 0,003), la  fréquence des selles (effet du traitement -0,32 (-0,62 a -0,02)) et les urgences défécatoires ; 60 % des patients ont signalé un soulagement adéquat des symptômes lors du traitement en ouvert. La fréquence des événements indésirables était similaire dans les deux groupes, aucun événement grave n'étant attribuable à ce gel de silicium.

Une alternative valable alors que moins d’un tiers des patients sont satisfaits de leur traitement

LE SII-D est une affection hétérogène qui relève d’un régime pauvre en FODMAP difficile à suivre, de probiotiques multisouches, de traitements médicamenteux à base de ralentisseurs du transit, de diosmectite ou de colestyramine et in fine d’interventions psychologiques ou de séances d’ostéopathie.

Enfin, l’éluxadoline a un rapport bénéfice/risque défavorable et n’a pas été commercialisée en France. Les résultats de ces multiples approches sont inconstants et moins d'un tiers des patients sont satisfaits de leur traitement, tandis que 34 % ne signalent aucun contrôle des symptômes.

Cette étude de pratique montre que l'enterosgel améliore significativement le critère d'évaluation principal composite de la douleur abdominale et de la consistance des selles, par rapport au placebo.

Néanmoins, environ 50 % des patients de cette étude ne sont  pas éligibles aux derniers critères de Rome IV qui privilégient l’aspect douloureux plutôt que la dyspepsie et le ballonnement intestinaux. L'effet du traitement reste, en effet, plus faible pour les douleurs abdominales seules que pour le critère d'évaluation composite ou pour la consistance des selles seules.

Ceci est conforme  au mode d'action hypothétique qui est la liaison et l'élimination de molécules induisant la diarrhée. Ce gel de silicium a, en effet, la capacité d’adsorber des substances endogènes et exogènes comme les produits de dégradation bactérienne (par exemple, les lipopolysaccharides), les protéines immunitaires et les acides biliaires, inactivant ainsi leurs effets nocifs sur le côlon.

Enterosgel présente, à la dose de 15 gr 3 fois par jour, un profil d'innocuité favorable, démontré par un faible pourcentage de patients présentant des événements indésirables et une commercialisation de 10 années. Enfin, comme pour de nombreux essais sur le SII, il existe un effet placebo significatif (18 % à 24,5 %) dans les données observées, comparable à celui retrouvé dans une méta-analyse récente (16,2 %) pour le même critère d'évaluation composite utilisé dans ce travail britannique.

En conclusion l'enterosgel est sûr et efficace pour le traitement des principaux symptômes du SII-D, en particulier les besoins urgents.

Bien que l'action principale de ce nouveau gel de silicium porte sur la consistance des selles, il apporte un bénéfice aux symptômes globaux et à l'amélioration de la qualité de vie. Il constitue une alternative valable pour les formes sévères résistantes aux traitements habituels et facile d’accès sur les pharmacies du Web.

Dr Sylvain Beorchia

Référence
Howell CA, Kemppinen A, Allgar V, et coll. : Double-blinded randomised placebo controlled trial of enterosgel (polymethylsiloxane polyhydrate) for the treatment of IBS with diarrhoea (IBS-D). Gut 2022;0:1–9. doi:10.1136/gutjnl-2022-327293

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article