Enigme de la semaine : Où l’on explore une diarrhée chronique

Une femme de 80 ans est admise dans un hôpital japonais en raison d'une déshydratation.

Depuis près de 2 mois elle a au moins 10 selles diarrhéiques aqueuses par jour. Son médecin traitant a fait réaliser un premier bilan, comprenant une culture des selles, une tomodensitométrie (TDM) abdominale et une endoscopie gastro-intestinale supérieure et inférieure, dont les résultats seraient négatifs. Elle a été traitée avec des probiotiques et des agents antibactériens, mais les symptômes ne s’améliorant pas, elle est finalement hospitalisée.

Dans ses antécédents, on retient principalement une hypertension artérielle traitée par olmesartan, un antagoniste des récepteurs de l'angiotensine II (ARA), depuis environ 8 ans.

A l’admission à l’hôpital, les résultats des analyses sanguines montrent une hypoalbuminémie (albumine 2,7 g/dL (Normale 4,1-5,1)) et des anomalies électrolytiques (sodium 127 mEq/L (N 138-145), potassium 4,6 mEq/L (N 3,6-4,8), chlorure 96 mEq/L (N 101-108) et calcium 8,0 mg/dL (N 8,8-10,1)). Un syndrome inflammatoire modéré est également noté (globules blancs 10,7×109/L (N 3,3×109-8,6×109) et protéine C réactive 0,24 mg/dL (N <0,14)), mais les premiers résultats bactériologiques sont négatifs. Les anticorps antinucléaires sont positifs 1 :1280 (N <1:40).

Une nouvelle endoscopie gastro-intestinale supérieure est réalisée. Elle révèle de multiples protrusions granuleuses dans le bulbe duodénal et une atrophie de la muqueuse de la partie descendante à la partie transversale du duodénum. L'entéroscopie antérograde à double ballonnet (DBE) montre une atrophie villositaire diffuse dans tout le duodénum et l'iléon avec des zones d’érythème muqueux et des érosions parcellaires. Les explorations, en particulier anorectales, sont complétées par une endoscopie par capsule. De façon similaire aux constatations lors de la DBE antérograde, une atrophie villositaire diffuse est mise en évidence.

L’étude anatomo-pathologique d’une biopsie du duodénum montre une atrophie villositaire et une disparition des cryptes.

Quelles sont vos hypothèses diagnostiques ? Que(s) examen(s) demandez-vous ?

Envoyez vos suggestions avant le 24 février 2023, à 13 heures en cliquant sur le bouton « Réagir » situé en bas à droite de cette page. (Vos réponses ne seront pas publiées).

La solution de cette énigme sera publiée sur Jim le 24 février dans l’après-midi.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article