Covid-19 avec auto-anticorps anti-IFN de type I : essai avec les échanges plasmatiques

La présence d'auto-anticorps dirigés contre l'Interféron (IFN) de type I a été rendue responsable dans 10 % des cas environ de la gravité des pneumonies liées à la Covid-19, pouvant menacer le pronostic vital. (Réf 1 déjà analysée dans le JIM). Dans l’étude concernée, il a pu être montré que de tels auto-anticorps sont retrouvés chez 12,5 % des hommes et chez 2,6 % des femmes ayant une forme sévère alors qu'ils ne sont pas détectables en cas de forme modérée où ils ont été recherchés chez 663 patients.

Ces anticorps neutralisent les IFN de type I et en particulier inhibent l'effet anti viral anti SARS-CoV-2 de l'IFN-α2 à la fois in vitro et in vivo tandis que les taux plasmatiques des différents sous-types d'IFN-α sont très diminués voire indétectables. Ces données suggèrent que les IFN de type I jouent un rôle essentiel dans le contrôle de la dissémination virale et sont en faveur d'un modèle en deux étapes en ce qui concerne la pathogénie des pneumonies sévères de Covid-19 : dissémination virale non contrôlée lors des premiers jours du fait du déficit en IFN, conduisant à l'explosion d'une inflammation excessive pulmonaire et systémique lors de la deuxième phase. Par ailleurs, l'essai SOLIDARITY a montré que l'administration d'interféron β chez des malades tout venant hospitalisés pour atteinte respiratoire ne diminuait pas la sévérité de l'affection. Néanmoins, on peut se demander si dans ce cas l'administration de l'interféron n'a pas été trop tardive. 

Essai sur quatre patients atteints de formes sévères avec des auto-anticorps anti-IFN de type I

Les auteurs de l'article ont voulu tester l'efficacité d'une déplétion des auto-anticorps anti-IFN par échanges plasmatiques (EP) sur la remontée du taux d'IFN et l'amélioration clinique tout en mesurant également le retentissement de ces EP  sur le taux des anticorps anti SARS-CoV-2 chez des patients atteints de forme sévère de Covid-19 menaçant le pronostic vital.

Dans ce but, quatre patients hospitalisés dans deux services de réanimation médicale de l'AP-HP entre le 8 octobre et le 14 novembre 2020 ont été étudiés. Tous présentaient une pneumonie sévère liée à la Covid-19 avec syndrome de détresse respiratoire aiguë et une rapide détérioration de leur état clinique concomitamment à la présence d'auto-anticorps anti-IFN-α dans leur sérum et à une réplication persistante du SARS-CoV-2. Tous avaient reçu ou recevaient un traitement par dexaméthasone à une posologie de 6mg/J. Aucun autre traitement immunomodulateur ou interférant avec la réplication virale n'était administré. Il y avait 3 hommes âgés de 73 ans (avec obésité), 67 ans (avec HTA et diabète) et 36 ans (avec obésité) et 1 femme âgée de 28 ans en cours de grossesse à un terme de 28 semaines. Six patients également hospitalisés en réanimation pour syndrome de détresse respiratoire aiguë lié à la Covid-19 mais sans anticorps anti-IFN ont servi de contrôles. Ils recevaient le même schéma thérapeutique de dexaméthasone.

Diminution du taux des auto-anticorps anti-IFN de type I chez tous les patients

Les taux des auto-anticorps anti-IFN et celui de l'IFN sérique étaient mesurés de façon séquentielle par rapport aux échanges plasmatiques de même que le taux des anticorps anti-SARS-CoV-2. La charge virale était estimée au niveau des voies aériennes supérieures et inférieures. Le suivi des patients s'est prolongé pendant toute leur hospitalisation.

Trois patients ont reçu chacun quatre séances d'EP tandis que le quatrième a reçu trois séances. Une diminution du taux des auto-anticorps anti-IFN de type I était notée chez tous les patients après EP tandis que le taux des anticorps anti-SARS-CoV-2 demeurait stable. Un patient présentait un taux élevé d'anticorps anti IFN de type I au niveau de la trachée qui a diminué après 3 séances d'EP. Par comparaison, aucun contrôle n'avait d'auto-anticorps anti-IFN dans le sérum ou dans les produits d'aspiration trachéaux.

Durant les EP, une légère augmentation du taux d'IFN-α a été notée dans le sérum de 3 patients tandis que la charge virale mesurée au niveau des voies aériennes   supérieures diminuait chez tous. Tous les patients étaient en vie à J28 de l'hospitalisation en réanimation mais 2 patients sont décédés par la suite d'un choc septique réfractaire tandis que 2 patients ont survécu et ont pu quitter le service de réanimation aux J 50 et J 66.

Résultats encourageants mais indéterminés sur la survie

Ainsi, il s'agit de la première étude montrant la faisabilité d’EP chez des patients présentant une forme sévère de pneumonie liée à la Covid-19 menaçant le pronostic vital et avec présence d'auto-anticorps anti-IFN : de fait les EP se sont avérés efficaces pour diminuer non seulement le taux sérique de ces anticorps mais aussi leur concentration au niveau des produits d'aspiration trachéale où leur rôle délétère peut être particulièrement important. Cette étude a montré aussi que les EP ne réduisent pas le taux sérique des anticorps anti-SARS-CoV-2, taux qui a été montré comme étant un facteur prédictif de la survie de ces patients (Réf 2). En outre l'on a noté aussi une augmentation, quoique modérée, du taux sérique d'IFN. Ces résultats sont encourageants. Néanmoins, cette étude portant par ailleurs sur un nombre très restreint de patients ne permet pas de conclure que les EP ont eu un effet réellement positif sur la survie de ces patients puisqu'elle ne comportait pas de groupe de patients comparatif présentant une forme sévère de Covid-19 avec auto-anticorps anti-IFN mais ne recevant pas d'EP. D'autres études sont donc nécessaires où les EP devront être préconisés comme le soulignent les auteurs probablement plus tôt au cours de l'évolution afin de faire remonter le taux des IFN précocement sans interférer avec les composants des réponses immunes et inflammatoires.

La prise en charge des formes sévères de Covid-19 doit être sans cesse améliorée au fur et à mesure d'une meilleure connaissance de leur pathogénie.

(1) Bastard P et al. Science 2020;370: eabd4585.
(2) Fourati S et al. Intensive care Med 2020;46:1781-1783.


Dr Sylvia Bellucci

Référence
de Prost N et coll. : Plasma Exchange to Rescue Patients with Autoantibodies Against Type I Interferons and Life-Threatening COVID-19 Pneumonia. J Clin Immunol., 2021; 41(3):536-544. doi: 10.1007/s10875-021-00994-9.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article