Pour prédire le risque d’éventration après laparotomie pour cancer digestif

L’éventration (Év) est une complication fréquente (environ 15 %) des laparotomies, et encore la prise en compte des Év occultes (purement radiologiques) triplerait-elle ce taux. Les auteurs texans ont validé et complété un score prédictif d’éventrations (SPE) basé sur l’indice de masse corporelle (IMC), la présence d’une broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) et la longueur de l’incision, pour déterminer la prévalence des Év tant cliniques que radiologiques.

Les patients opérés de 2011 à 2016 dans leur hôpital de Houston pour cancer digestif par laparotomie médiane verticale et ayant eu un scanner pré et postopératoire ont été inclus (on a retenu les 2 scanners les plus proches avant et après l’intervention) ; les interventions réalisées sous cœlioscopie mais nécessitant une incision d’appoint pour extraire la pièce ou converties en laparotomies ont été retenues aussi. Les sutures ont été réalisées par surjets ou points séparés en 8 de fil résorbable.

On améliore le score

Pour le calcul du SPE on a retenu 4 points en cas de laparotomie, 3 en cas de cœlioscopie assistée, 1 en cas de BPCO, et un si l’IMC dépassait 25 kg/m². Il a été considéré que le risque d’Év était faible (Sc1) pour un SPE de 3, moyen (Sc2) pour un SPE de 4 ou 5, et élevé (Sc3) pour un SPE à 6.
Sur les 247 sujets analysés, avec un suivi moyen de 21 mois, une Év latente a été retrouvée 145 fois (59 %) sur le scanner préopératoire et 114 fois sur le scanner postopératoire. Les 2/3 (78) des Év étaient latentes.
Si l’on oppose les 133 opérés sans Év aux 78 Év latentes et aux 36 Év patentes, on voit que les Év cliniques surviennent plus volontiers chez les femmes, chez les sujets déjà « balafrés de l’abdomen », et sont proportionnelles à la durée de l’intervention. Les auteurs ont donc rajouté l’antécédent de laparotomie dans le SPE. Alors que le SPE initial n’était pertinent que pour les Év latentes, radiologiques, le nouveau prédit aussi le risque d’Év cliniques.
Ainsi, le score révisé de prédiction des éventrations a-t-il en même temps validé et amélioré les performances de l’ancien score ; reste à trouver des moyens de prévenir l’apparition des éventrations chez les malades à risque modéré ou fort.

Dr Jean-Fred Warlin

Référence
Cherla DV et coll. : External validation of the HERNIAscore :an observational study. J Am Coll Surg., 2017; 225:428-434.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article