Des cannabinoïdes dans le lait maternel… et ensuite ?

Durant l’allaitement le cannabis n’est pas proscrit avec la même assurance que durant la grossesse. Dans un rapport récent, l’American Academy of Pediatrics [AAP] constate l’insuffisance des données sur les conséquences de la consommation maternelle de cannabis sur l’enfant allaité, et elle fait appel au principe de précaution pour déconseiller le cannabis pendant l’allaitement (1).

Une étude paraissant dans le même numéro de Pediatrics montre que certains cannabinoïdes, dont le ∆9-tétrahydrocannabinol [∆9-THC], le principe psycho-actif du cannabis, peuvent passer dans le lait humain (2).

De 2014 à 2017, la biobanque de lait humain de l’Université de Californie de San Diego (USA) a reçu, à des fins de recherche, 54 échantillons de lait tirés par 50 femmes qui consommaient du cannabis, par inhalation et/ou par ingestion, en général plusieurs fois par jour.

Trois cannabinoïdes ont été identifiés et dosés par spectrométrie de masse dans des échantillons de lait : le ∆9-THC dans 34 échantillons sur 54 (63 %), le 11-hydroxy-∆9-THC – le métabolite hépatique du précédent - dans 5 échantillons, et le cannabidiol dans 5 échantillons. Dans les laits « positifs », les concentrations de ∆9-THC allaient de 1 ng/ml, le seuil de détection, à 323 ng/ml (taux médian : 9,5 ng/ml). Du ∆9-THC a été détecté dans le lait jusqu’à 6 jours après une seule prise de cannabis. Le temps écoulé depuis la dernière prise de cannabis et le nombre de prises quotidiennes permettaient de prédire le taux de ∆9-THC dans le lait. Le logarithme de la concentration de ∆9-THC dans le lait diminuait avec le nombre d’heures depuis la dernière prise (- 0,03 par h ; p = 0,005), et il augmentait avec le nombre de prises (0,51 ; p < 0,05).

Ainsi, du ∆9-THC est détecté, inconstamment, à un taux supérieur au seuil de 1 ng/ml dans le lait des mères qui consomment du cannabis. Son passage et sa présence prolongée dans le lait ne sont pas surprenants du fait de sa lipophilie. Le lait humain contient 30 à 50 g/l de lipides et les graisses du corps maternel libèrent progressivement les cannabinoïdes qu’elles ont fixés.

Un casse-tête pour le pédiatre

Il est vraisemblable que les quantités de cannabinoïdes ingérées via le lait maternel sont faibles. Comparant la concentration plasmatique calculée de ∆9-THC chez un nourrisson de 3 mois allaité à celle mesurée chez un adulte ayant consommé 10 mg de ∆9-THC, les auteurs estiment la quantité de ∆9-THC ingérée par le nourrisson à environ 0,01 mg.

A ce stade, on ne sait pas si un niveau –ou n’importe quel niveau- de cannabinoïdes peut être nocif pour la santé de l’enfant. On peut légitimement penser que les cannabinoïdes pénètrent dans le cerveau du nourrisson, riche en graisses, s’y accumulent et perturbent son développement, mais pour passer des spéculations aux preuves il faudrait disposer d’études de pharmacocinétique chez les enfants allaités et d’études de suivi à long terme chez ces enfants.

Il est urgent d’entreprendre de telles études vu l’extension de la consommation de cannabis chez les femmes en âge de se reproduire. En attendant, le conseil médical à donner à une mère qui révèle prendre du cannabis et qui désire allaiter ou allaite déjà est un vrai « casse-tête » pour le pédiatre, avec d’un côté les bénéfices réels de l’allaitement, de l’autre les risques possibles des cannabinoïdes présents dans le lait maternel (3).

Dr Jean-Marc Retbi

Références
1. Ryan SA et coll. : Marijuana use during pregnancy and breastfeeding : implications for neonatal and childhood outcomes. Pediatrics 2018 ; 142(3)e20181889
2. Bertrand KA et coll. : Marijuana use by breastfeeding mothers and cannabinoid concentrations in breast milk. Pediatrics 2018 ; 142(3)e20181076
3. Ryan SA : A modern conundrum for the pediatrician : the safety of breastmilk and the cannabis-using mother. Pediatrics 2018 ; 142(3)e20181921

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Bébé allaité ou pas = pas de cannabis !

    Le 31 octobre 2018

    La vigilance étant altérée par le cannabis, le problème n'est pas seulement l'allaitement mais surtout l'attention que l'on doit donner à un bébé ! En France, les femmes qui fument n'allaitent que rarement, alors celles qui prennent du cannabis doivent être encore plus rares, heureusement ! Bébé allaité ou pas = pas de cannabis !

    Lysiane Faure (SF)

Réagir à cet article