L’usage de tétines préviendrait le risque d’allergie alimentaire à 1 an

La succion non nutritive, comme sucer son pouce ou utiliser une tétine, est très commune chez le jeune enfant qui l’utilise pour réguler ses émotions ou trouver le sommeil. L’on estime que 84 % des nourrissons utilisent une tétine au moins occasionnellement. Peu d’études se sont intéressées au rôle de cette habitude dans la survenue d’allergies. Certaines ont suggéré un rôle protecteur de l’utilisation de tétines dans la survenue de manifestations allergiques (asthme, eczéma, allergies alimentaires). Une étude a pour sa part montré une association significative entre l’utilisation de tétines et un risque accru de survenue d’allergie alimentaire. L’utilisation de la salive des parents (dans la première étude) ou d’antiseptiques (dans la seconde) pourrait expliquer les disparités observées.

La cohorte mère-enfant EDEN

Dans une récente lettre à l’éditeur parue dans la revue Pediatric Allergy and Immunology, une équipe de chercheurs montpellierains rapporte les résultats d’une analyse rétrospective issue de la cohorte prospective mère-enfant EDEN (Etude des déterminants pré et postnatals du développement de la santé de l'enfant). Les auteurs se sont intéressés à l’association entre l’utilisation de tétines chez le nourrisson et la survenue d’allergie alimentaire à 1 an. L’utilisation d’une tétine était une variable binaire : oui (utilisation quotidienne) ou non (jamais ou peu fréquente). L’allergie alimentaire était définie dans le questionnaire comme la survenue d’un symptôme évocateur d’une réaction allergique (gonflement des lèvres ou de la face, troubles gastrointestinaux, etc.) après avoir consommé un aliment (poisson, œufs, etc.). Elle a été validée par un médecin. Une analyse univariée puis multivariée prenant en compte les facteurs confondants (statut marital de la mère, consommation de tabac chez le père durant la grossesse, allaitement) a été réalisée.

L’allergie alimentaire rapportée chez 6,3 % des enfants

Au total, 1774 mères ont participé à l’étude EDEN et répondu au questionnaire lorsque leur enfant a fêté sa première année. La majorité des mères étaient mariées ou pacsées (73,7 %) et avaient obtenu un diplôme universitaire (96,9 %). Le tabagisme maternel était estimé à 24,5 % et paternel à 39,6 % durant la grossesse. Près de la moitié des nourrissons (43,6 %) ont été allaités. L’utilisation de tétine était rapportée chez 58,8 % des nourrissons. Les réactions allergiques suite à l’ingestion d’aliments était rapportée chez 6,3 % des enfants. Des antécédents d’asthme ou d’eczéma étaient retrouvés chez 52,3 % des parents.

Un effet protecteur confirmé en analyse multivariée

En analysée univariée, un effet protecteur a été trouvé entre l’utilisation d’une tétine et la survenue d’allergie alimentaire (Odds ratio OR = 0,389 [IC95 % : 0,150-0,950]). Cet effet a été confirmé en analysée multivariée (OR ajusté ORa = 0,295 [IC95 % : 0,083-0,924]. Ces résultats vont dans le sens de deux études précédentes qui ont suggéré que le nettoyage des tétines par la salive des parents pourrait favoriser le transfert de microbiome protecteur au nourrisson. A contrario, l’utilisation d’antiseptiques pour désinfecter les tétines semble augmenter le risque d’allergie alimentaire à 1 an. Pris ensemble, ces travaux confortent l’idée que les tétines sont une source d’exposition précoce et d’enrichissement du microbiome oral des enfants, pouvant réduire le risque ultérieur de survenue d’allergie alimentaire. Cette hypothèse doit néanmoins être confirmée dans une plus grande cohorte avec une confirmation diagnostique de l’allergie alimentaire et une analyse fine du microbiome oral des enfants.

Cette publication a été réalisée en collaboration avec l’entreprise Nutricia.

Dr Dounia Hamdi

Référence
El Homsi M, Tanno LK, Annesi-Maesano I. Pacifier use related to the food allergy reactions in infants recruited in the EDEN mother-child birth cohort. Pediatr Allergy Immunol. 2023 Feb;34(2):e13922. doi: 10.1111/pai.13922. PMID: 36825744.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article