Que pèse l’insuffisance cardiaque de l’enfant aux Etats-Unis ?

La prévalence de l’insuffisance cardiaque pédiatrique (primaire et secondaire à des comorbidités) aux Etats-Unis, étant mal connue, Amdani et coll. ont tenté de la préciser à partir des informations recueillies entre 2012 et 2016 dans 4 bases de données (Kids’ Inpatient Database, National Inpatient Sample, National Emergency Department  Sample, National Vital Statistics System).

Trois situations ont été distinguées : 1) absence d’insuffisance cardiaque donc absence d’événements qui lui seraient liés; 2) insuffisance cardiaque primaire ; 3) insuffisance cardiaque liée à une comorbidité (cardiopathie congénitale ou troubles du rythme/de la conduction).

Puis, les patients avec et sans insuffisance cardiaque ont été comparés et on a calculé le taux d’événement unique, standardisé en fonction de l’âge et du genre.

La majorité des cas d’insuffisance cardiaque pédiatrique nécessitant une consultation ou une hospitalisation en Unité d’Urgences était liée à la présence d’une cardiopathie congénitale, de troubles du rythme ou de la conduction ou d’une cardiomyopathie.

Une augmentation d’incidence significative et un pronostic moins bon que pour l’adulte

Par rapport à 2012, il a été noté en 2016, une augmentation significative : 1- des consultations ou hospitalisations en Unité d’Urgences pour insuffisance cardiaque liée à une comorbidité (rapport de risque [RR] 1,93 ; p < 0,001) ; 2-des hospitalisations pour insuffisance cardiaque primaire (RR 1,14 ; p = 0,002).

L’insuffisance cardiaque pédiatrique pèse moins lourd que l’insuffisance cardiaque de l’adulte ; cependant, la mortalité liée à l’insuffisance cardiaque a été significativement plus élevée chez les enfants que chez les adultes que ce soit en Unité d’Urgences ou en hospitalisation conventionnelle.

En conclusion, aux Etats-Unis, le poids de l’insuffisance cardiaque pédiatrique continue d’augmenter. Comparé au pronostic des adultes en insuffisance cardiaque admis dans une Unité d’Urgences ou en hospitalisation conventionnelle, le pronostic des enfants hospitalisés pour insuffisance cardiaque est moins bon alors qu’ils bénéficient (par patient) de moyens financiers supérieurs à ceux attribués aux patients adultes hospitalisés pour insuffisance cardiaque.

La détection, sur le plan national, des facteurs de risque de morbi-mortalité liée à  l’insuffisance cardiaque pédiatrique et leur prise en charge (quand ils peuvent être prévenus) devraient atténuer la tendance évolutive croissante de l’affection.

Dr Robert Haïat

Référence
Amdani S et coll. : Burden of Pediatric Heart Failure in the United States. J Am Coll Cardiol., 2022 ; 79 : 1917-1928.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article