Comorbidités physiques en cas de TSA, à préciser

Réalisée à l’Université de Glasgow (au Royaume-Uni), une recherche portant sur les articles (revues systématiques et méta-analyses) consacrés aux comorbidités physiques chez les personnes avec troubles du spectre autistique (TSA) vise à évaluer la fréquence de ce phénomène : ces comorbidités sont-elles plus fréquentes en cas de TSA que dans la population générale ? En effet, cette sensibilisation des psychiatres aux problématiques somatiques est importante pour faciliter les évaluations et les diagnostics différentiels et pour améliorer les soins apportés aux patients avec des TSA.

Examinant au total 5 552 articles dans 5 grandes bases de données, les auteurs ont retenu finalement (en fonction de leurs critères d’inclusion et d’exclusion) 24 publications : 15 concernent des enfants, 1 des adultes et 8 à la fois des enfants et des adultes. Malgré une bonne qualité des revues incluses, plusieurs limites dans les études et une hétérogénéité considérable sont observées. Les troubles physiques associés aux TSA se révèlent courants et certaines de ces comorbidités sont en effet plus fréquentes que dans la population générale, en particulier les troubles du sommeil, la comitialité, les troubles sensoriels, les maladies auto-immunes et l’obésité.

En revanche, l’asthme ne représente pas une comorbidité physique plus fréquente en cas de TSA.

Toutefois, les auteurs constatent l’existence de lacunes importantes dans les données probantes et remarquent l’inconsistance de certaines conclusions. Ils estiment que certaines comorbidités peuvent compliquer les soins si les cliniciens n’en sont pas conscients, par exemple les déficiences sensorielles, vu les besoins de communication des personnes atteintes de TSA. D’autres comorbidités (comme l’obésité) peuvent avoir des conséquences délétères, voire entraîner une mortalité précoce. L’important est surtout d’identifier des affections physiques potentiellement modifiables pour garantir l’évolution optimale des personnes avec TSA. En définitive, les comorbidités physiques s’avèrent certes « plus fréquentes » chez les personnes avec des TSA, mais le caractère parfois « ténu » des associations nécessite encore des recherches supplémentaires.

Dr Alain Cohen

Référence
Rydzewska E et coll.: Umbrella systematic review of systematic reviews and meta-analyses on comorbid physical conditions in people with autism spectrum disorder. Br J Psychiatry, 2021; 218: 10–19.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article