Il y aurait un risque accru de diabète de type 2 avec un rhumatisme psoriasique

Le psoriasis, en tant que maladie inflammatoire chronique semble favoriser la maladie cardiovasculaire, encore que les études publiées sur le sujet ne soient pas toujours concordantes, loin s’en faut. Le risque de diabète serait également accru du fait de l’inflammation systémique de bas grade, surtout quand la dermatose s’enrichit d’une atteinte articulaire et donc d’un rhumatisme psoriasique. Les formes les plus sévères de ce dernier exposent de fait à des complications plus importantes et plus fréquentes tant sur le plan systémique que métabolique.

Une revue de la littérature internationale couplée à une méta-analyse permet une estimation du risque de diabète associé à ce rhumatisme inflammatoire chronique. Les publications jusqu’en juin 2020 sur les bases de données électroniques de PubMed, EMBASE et Cochrane Library ont été examinées, avec une mise à jour en mai 2022.

Seules les études de cohorte rapportant des hazard ratios (HR) ou des risques relatifs (RR) avec leurs intervalles de confiance (IC) à 95 % ont été jugées éligibles, dès lors qu’elles portaient sur des groupes de patients atteints de rhumatisme psoriasique et de sujets témoins. Les données ont été traitées au moyen d’une méta-analyse à effets aléatoires.

Près de 38 000 cas de rhumatisme psoriasique dans 5 études


Cette recherche a abouti à la sélection de cinq études regroupant au total 37 811 de rhumatisme psoriasique (soit un suivi de 174 825 patients-années) et 476 838 témoins indemnes de tout rhumatisme inflammatoire chronique (soit un suivi de 2 945 358 sujets-années).

Au terme du suivi, ont été dénombrés 2 335 cas de diabète dans le premier groupe, versus 23 035 dans le second, ce qui correspond à des taux d’incidence bruts de respectivement 13,4 et 7,8 pour 1 000 patients-années. Le risque de diabète en cas de rhumatisme psoriasique a été estimé sous la forme d’un hazard ratio ajusté en fonction de l’âge et du sexe, soit une valeur de 1,54 (IC 95 % : 1,43-1,67, I2 = 50,8 % soit une hétérogénéité moyenne). Un ajustement plus complet prenant en compte le maximum de facteurs de confusion potentiels a conduit à un HRa de 1,38 (IC 95 % : 1,31-1.47, I2 = 0,0 % ; absence d’hétérogénéité).

Le rhumatisme psoriasique, selon cette méta-analyse qui n’est pas dénuée de limites, serait associé à un risque accru de diabète de type 2, de l’ordre de +38 % par rapport à une population témoin, le taux d’incidence pour 1 000 patients-années étant en l’occurrence estimé à 13,4 pour 1000 patients-années. Ces résultats ne valent que pour ce rhumatisme inflammatoire chronique et non pour le psoriasis sans atteinte articulaire. Ils restent hypothétiques, le niveau de preuve étant finalement modeste, de sorte que d’autres études de cohorte prospectives restent les bienvenues.

Dr Joseph Miller

Référence
Ziqi Yuan et coll. : Risk of incident type 2 diabetes in patients with psoriatic arthritis: A systematic review and meta-analysis of cohort studies. Int J Rheum Dis., 2022;25(9):1029-1037. doi: 10.1111/1756185X.14375.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.