Polyarthrite rhumatoïde : l'infliximab en sous-cutané plus efficace qu'en intraveineux

L’administration sous-cutanée d'infliximab s'est révélée plus efficace que la voie intra-veineuse dans la polyarthrite rhumatoïde, selon une analyse post-hoc d'une étude de phase III publiée dans Rheumatology.

Une formulation sous-cutanée de l'infliximab a été approuvée en Europe dans la polyarthrite rhumatoïde en novembre 2019 -avec des extensions d'indication dans d'autres pathologies en juillet 2021- pour cette molécule qui était jusque-là disponible sous forme intraveineuse exclusivement. Et certaines molécules sont désormais autorisées pour une utilisation à la fois par voie veineuse et par voir sous-cutanée en Europe. L'AMM européenne a été obtenue à la suite de la publication d'un essai de phase III randomisé contrôlé, qui a montré que l'infliximab sous-cutané, en association au méthotrexate, était non inférieur à l'infliximab intraveineux chez les patients atteints d'une polyarthrite rhumatoïde active à réponse insuffisante au méthotrexate. Le schéma thérapeutique comprenait un schéma d'induction par 3 mg/kg d'infliximab par voie veineuse suivi d'une randomisation pour 120 mg toutes les deux semaines en sous-cutané ou 3 mg/kg en IV. 

Une efficacité identique jusqu’à 22 semaines

Une efficacité similaire des deux formulations a été notée jusqu'à 22 semaines (selon le critère DAS28-CRP), néanmoins une tendance à de meilleurs résultats de la voie sous-cutanée sur certains critères cliniques a été mise en évidence à la 30ème semaine. Forts de cette constatation, les investigateurs ont assigné tous les patients au traitement sous-cutané avec un suivi prolongé à 54 semaines. 

Afin d'apprécier une éventuelle différence d'efficacité entre les deux formulations, les auteurs ont réalisé une analyse post- hoc de l'étude à 54 semaines. 343 patients ont été inclus (165 du bras infliximab sous-cutané et 174 du bras intra-veineux). L'analyse post-hoc a comparé les résultats d'efficacité avant le switch (à 30 semaines) et après le switch (à 54 semaines). 

Les scores DAS28-CRP et DAS28-ESR étaient significativement plus bas (traduisant une plus grande efficacité) à 30 semaines dans le groupe infliximab sous-cutané (3,07) par rapport au groupe intraveineux (3,58). Par ailleurs, l'amélioration du score par rapport à l'inclusion était significativement plus importante dans le groupe sous-cutané (-2,94) que dans le groupe intraveineux (-2,28). Ces scores étaient maintenus entre la semaine 30 et la semaine 54 dans le groupe sous-cutané, avec une réduction de la différence entre les deux groupes à 54 semaines, devenant non significative (2,87 contre 3,2). Mais la différence de score entre 0 et 54 semaines restait significativement plus importante dans le groupe sous-cutané (-3,14) que dans le groupe intraveineux (-2,74). 

La forme sous-cutanée fait mieux de 30 à 54 semaines

Les résultats mettent en évidence également des différences significatives en faveur de la formulation sous-cutanée sur les scores d'activité de la maladie CDAI et SDAI à 30 semaines et sur le degré d'amélioration de ces scores par rapport à l'inclusion. Les auteurs notent aussi une diminution des différences entre les deux groupes à 54 semaines, même si les améliorations par rapport au score initial sont restées plus marquées avec la formulation sous-cutanée. Les proportions de patients atteignant les critères de réponse ACR20, ACR50 et ACR70 étaient significativement plus élevées avec l'infliximab sous-cutané à 30 semaines, différence atténuée et non significative à 54 semaines. Enfin, le taux de rémission était significativement plus élevé pour le critère DAS28-CRP dans le groupe sous-cutané à 30 semaines (37,0 % contre 21,8 %, différence non significative).

Cet article a d'abord été publié sur MediQuality (https://www.mediquality.net/be-fr/home) le 06/02/2023

Dr Isabelle Catala

Référence
Constantin A, Caporali R, Edwards CJ, et al. : Efficacy of subcutaneous vs intravenous infliximab in rheumatoid arthritis: a post-hoc analysis of a randomised phase III trial. Rheumatology (Oxford). 2022 ; publication avancée en ligne le 19 décembre. doi: 10.1093/rheumatology/keac689.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article