Aléas de la vaccination anti-Covid-19 en cas de déficits immunitaires primitifs avec défaillance des lymphocytes B

Les déficits immunitaires primitifs (DIP) constituent un groupe de syndromes congénitaux rares et hétérogènes qui, à ce titre, rentrent dans la catégorie des maladies orphelines. Les patients concernés ont été exclus des essais randomisés visant à démontrer l’efficacité des vaccins anti-Covid. Ainsi peut-on s’interroger sur l’effet de la vaccination dans ce contexte.

Une petite étude rapporte les résultats obtenus en termes de réponse immunitaire au sein d’une cohorte constituée de 33 patients adultes (âge moyen 50,2 ± 18,35 ans ; extrêmes, 19-79) atteints d’un DIP caractérisé en l’occurrence par un déficit sélectif de l’immunité humorale correspondant à l’une des formes clinico-biologiques de ces syndromes.

Tous les participants suivis dans deux centres hospitalo-universitaires étatsuniens ont reçu deux doses des vaccins mRNA-1273 (Moderna) or BNT162b2 (Pfizer-BioNTech). La réponse humorale après vaccination complète a été évaluée par le dosage des anticorps neutralisants dirigés contre le domaine de liaison de la protéine spike du virus (anti-RBD). La réponse lymphocytaire T représentative de l’immunité cellulaire a été estimée par un dosage de l’interféron gamma (IFN-γ).

Une réponse humorale très insuffisante

C’est le vaccin BNT162b2 vaccine (Pfizer-BioNTech) qui a été le plus souvent utilisé (69,7 %), versus 30,3 % des cas pour le vaccin mRNA-1273 (Moderna). Aucun effet indésirable sévère n’a été déploré quel que soit le vaccin. Chez 24 patients sur 31 (77,4 %), les taux d’IFN-γ ont augmenté de manière tout à fait significative. Les taux d’IgG anti-RBD ont augmenté également chez 16 patients sur 33, mais une activité neutralisante ≥ 50 % n’a été atteinte que dans deux cas.

Chez les patients atteints d’un DIP caractérisé par un déficit sélectif de la fonction lymphocytaire B, les vaccins à ARN messager semblent capables de stimuler l’immunité cellulaire, si l’on en juge d’après l’ascension des taux d’IFN-γ observée dans la plupart des cas. La réponse humorale est en revanche aléatoire et très insuffisante ce qui n’est pas une surprise. Après une vaccination complète, ces patients restent donc vulnérables face au SARS-CoV-2 et à ses variants, quels qu’ils soient, ce qui incite à adopter des stratégies préventives spécifiques ne pouvant reposer sur la seule vaccination.

Dr Philippe Tellier

Référence
Pham MN et coll. : Immunogenicity and tolerability of COVID-19 messenger RNA vaccines in primary immunodeficiency patients with functional B-cell defects. J Allergy Clin Immunol., 2022; 149(3):907-911.e3. doi: 10.1016/j.jaci.2021.11.022.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article