Arrêt cardiaque à l’hôpital, quelle différence ?

L’épidémiologie de l’arrêt cardiaque survenant à l’hôpital est différente de celle de l’arrêt cardiaque extra-hospitalier. Les déterminants de son pronostic peuvent être eux aussi différents. Les données sur l’incidence et la survie après un arrêt cardiaque intra-hospitalier sont toutefois limitées. Certains travaux donnent une incidence de 1 à 6 pour 1 000 patients hospitalisés, alors que le taux de survie à la sortie de l’hôpital irait de 12 % à 25 %. La survie à 1 an serait la même que celle de l’arrêt cardiaque survenant en dehors de l’hôpital.

Les facteurs associés au succès de la réanimation après un arrêt cardiaque au sein de l’hôpital sont encore mal connus, et souvent extrapolés à partir des éléments recueillis lors d’arrêts cardiaques extra-hospitaliers. Leur compréhension permettrait pourtant de développer un modèle prédictif qui pourrait être utile à la prise de décision clinique pendant l’arrêt et après le retour à une circulation spontanée. Cette réflexion a conduit une équipe canadienne à mener une revue systématique et une méta-analyse dont le but était de rechercher l’association entre certains facteurs présents avant et pendant l’arrêt et la survie. Au total 23 études de cohorte ont été retenues pour l’analyse.

Quelques facteurs de risque associés à la survie

Les résultats méritent que l’on s’y arrête. Les auteurs ont en effet identifié certains facteurs présents avant l’arrêt cardiaque et associés à une réduction de la survie. Il s’agit du sexe masculin, de l’âge supérieur à 60 ans, de la présence d’un cancer ou d’antécédents d’insuffisance rénale chronique. Parmi les facteurs identifiés au moment de l’arrêt cardiaque, sans trop de surprise, la présence d’un témoin ou d’un monitoring pendant l’arrêt sont associés à de plus grandes chances de survie, de même que la survenue de l’arrêt pendant la journée et un rythme initial chocable, alors qu’une intubation pendant l’arrêt et une réanimation de plus de 15 minutes sont associées à une réduction de la survie.

Pour les auteurs, ces données pourraient être utilisées pour guider de grandes études observationnelles et élaborer un instrument de prédiction, d’application pratique. Ils estiment qu’elles pourraient aussi être utiles aux praticiens pour aider les patients à rédiger leurs directives anticipées.

Dr Roseline Péluchon

Références
Fernando MS et coll. : Pre-arrest and intra-arrest prognostic factors associated with survival after in-hospital cardiac arrest: systematic review and meta-analysis. BMJ 2019; 367: l6373

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article