Confirmation de l’effet protecteur des inhibiteurs du SGLT2 sur le rein

Les essais randomisés ont montré que les inhibiteurs du co-transporteur sodium-glucose de type 2 (SGLT2) ont un effet protecteur sur la fonction rénale pour les patients atteints de diabète de type 2 à haut risque cardiovasculaire ou présentant une néphropathie. Ces essais sont menés sur des patients sélectionnés et il est donc hasardeux de généraliser les résultats ainsi obtenus et d’affirmer qu’ils sont applicables à des groupes de patients « tout venant » tels que rencontrés en pratique courante.

Une cohorte de patients « tout-venants »

Une étude de cohorte a été réalisée en Suède, Danemark et Norvège, incluant près de 30 000 participants traités pour la première fois par un inhibiteur du SGLT2. Ils ont été comparés à 30 000 nouveaux utilisateurs d’un inhibiteur de la dipeptidyl peptidase-4 (DPP-4), pendant une période moyenne de 1,7 an. Dans la totalité de la cohorte, 19 % des patients avaient une pathologie cardiovasculaire et 3 % une insuffisance rénale chronique. Le critère de jugement principal était un critère composite associant thérapie de remplacement rénal, décès de cause rénale, hospitalisation pour un problème rénal.

Réduction du risque rénal même en l’absence de néphropathie ou de pathologie cardiovasculaire

Le traitement par inhibiteur du SGLT2 est associé à une réduction du risque de pathologie rénale majeure (2,6 évènements pour 1 000 personne-années vs 6,2 ; Hazard ratio 0,42 ; intervalle de confiance à 95 % 0,34 à 0,53). L’analyse secondaire montre une réduction de 68 % du risque de thérapie de remplacement rénal et de 59 % de celui d’hospitalisation pour maladie rénale. En revanche, la réduction de 23 % du risque de décès de cause rénale n’atteint pas la significativité statistique.

Dans cette étude constituée de patients non sélectionnés, 81 % d’entre eux n’avaient pas de pathologie cardiovasculaire et 97 % n’avaient pas d’insuffisance rénale chronique. Bien que la réduction absolue du risque rénal associé au traitement par inhibiteur du SGLT2 soit supérieure chez les patients atteints de pathologie cardiovasculaire ou de néphropathie chronique, elle est présente aussi chez ceux indemnes de ces pathologies. Plusieurs mécanismes semblent impliqués dans cet effet protecteur, notamment un effet favorable sur l’hémodynamique rénale et une réduction de l’inflammation et de la fibrose tissulaire.

Dr Roseline Péluchon

Référence
Pasternak B et coll. : Use of sodium-glucose co-transporter 2 inhibitors and risk of serious renal events: Scandinavian cohort study. BMJ 2020;369:m1186.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article