Contre l’abus d’alcool, faire appel au smartphone

Selon les données, la prévalence du mésusage de l’alcool parmi les étudiants en Europe serait de 30 % à 60 %. Dans cette population, l’abus d’alcool a des conséquences néfastes, physiques, comportementales, émotionnelles et relationnelles et peut provoquer des difficultés scolaires. Les étudiants sont donc une cible appropriée pour une prévention adaptée.

Le dépistage systématique à l’aide d’outils validés, suivi d’une intervention brève pour les personnes identifiées constitue une première prise en charge efficace. Le recours à la technologie peut être utile pour diffuser de l’information et est souvent mieux acceptée que les entretiens en face à face. Les smartphones, de plus en plus utilisés en médecine, ont montré leur intérêt pour la prise en charge de maladies chroniques, pour l’incitation à l’activité physique et pour la santé mentale.

Essai chez des étudiants de tout niveau

Une équipe internationale a réalisé un essai randomisé, pour évaluer l’efficacité d’une intervention à l’aide du smartphone, contre le mésusage d’alcool. Au total 1 170 étudiants dépistés positifs pour un mésusage d’alcool ont été randomisés. Les uns (n = 887) bénéficiaient d’un code personnel d’accès à une application, fournissant des informations et abordant principalement la perception des normes et des dangers en matière de consommation d’alcool. Les participants du groupe contrôle avaient accès à une information sur un site internet. Le critère de jugement principal était la consommation hebdomadaire d’alcool.

L’âge moyen des participants est de 22 ans, la moitié sont des femmes, 66 % sont des étudiants de premier cycle, 30 % des étudiants en master, 2,4 % en doctorat et 1,4 % suivaient d’autres programmes de hautes études. Au départ, ils consomment en moyenne 8,59 verres par semaines, et le nombre de jours de forte consommation (≥ 5 verres pour les hommes et ≥ 4 pour les femmes) dans les 30 jours précédents est de 3,53.

Réduction significative du nombre de verres par semaine grâce à l’appli

Huit étudiants sur 10 du groupe intervention ont chargé l’application. Cela se traduit par une réduction significative de la consommation de verres par semaine (Incidence rate ratio 0,90 ; intervalle de confiance à 95 % 0,85 à 0,96), du nombre de jours avec une forte consommation (0,89 ; 0,83 à 0,96) et du nombre maximum de verres consommés en une seule occasion (0,96 ; 0,93 à 1,00). Il n’est pas identifié de changement en ce qui concerne les conséquences de la consommation, ni sur les performances scolaires.

Notons que ces résultats sont observés dans une population dans laquelle la consommation d’alcool était problématique mais pas excessivement élevée. Ils illustrent toutefois l’impact de l’application sur la réduction de la consommation.

Dr Roseline Péluchon

Références
Bertholet N et coll. : Effect of a smartphone intervention as a secondary prevention for university students with unhealthy alcohol use: randomised controlled trial.
BMJ 2023;382:e073713. doi.org/10.1136/bmj-2022-073713

Copyright © 2023 JIM SA. Tous droits réservés.

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article