Covid-19, enfin un essai pilote sur l’ivermectine

L’ivermectine est un médicament essentiellement antiparasitaire à spectre large. Certaines études très récentes menées in vitro démontrent par ailleurs que l’ivermectine est capable d’inhiber la réplication du SARS-CoV-2 à des concentrations micromolaires. A cette notion, se sont ajoutées des études d’observation et des séries de cas qui suggèrent une efficacité potentielle de ce médicament face à la Covid-19. Des observations cliniques provenant du Bangladesh et d’Argentine ont également appuyé la décision d’entreprendre un essai pilote, mais randomisé et mené à double insu contre placebo. Celui s’est déroulé dans le centre universitaire de Navarre (Espagne).

Entre le 31 juillet et le 11 septembre 2020, ont été inclus 24 patients atteints d’une forme symptomatique légère de la maladie révélée par une fièvre et de la toux évoluant depuis moins de 72 heures. Il n’existait aucun facteur de risque pouvant faire craindre l’évolution vers une forme sévère.

Dans le groupe traité (n = 12), une dose unique d’ivermectine a été administrée par voie orale et un placebo dans l’autre groupe (n = 12). Le critère d’efficacité primaire était la proportion de patients chez lesquels la charge virale estimée par RT-PCR était non détectable, le test étant effectué sur un prélèvement nasopharyngé sept jours après l’exposition au médicament. Les différences entre les groupes ont été évaluées au moyen d’un test exact de Fisher et calculées sous la forme de risk ratios (RRs).

Recul plus rapide des troubles de l’odorat et peut-être de la toux

Tous les participants (âge médian 26 ans, écart interquartile [EIQ] 19–36 dans le groupe ivermectine et 21–44 dans le groupe témoin ; femmes : 50 %) sont allés jusqu’au terme de l’étude. Au septième jour de l’évolution, la proportion de tests PCR positifs était la même dans les 2 groupes, le RR correspondant étant de 0,92 (intervalle de confiance à 95 % IC 95% : 0,77–1,09, NS). La charge virale s’est avérée un peu plus faible dans le groupe traité sans que le seuil de signification statistique soit atteint au 4ème (p = 0,24 pour le gène E ; p = 0,18 pour le gène N) comme au 7ème jour (p = 0,16 pour le gène ; p = 0,18 pour le gène N). La même tendance (p =0,24) a été observée en ce qui concerne les titres d’anticorps IgG dosés 21 jours après la prise du médicament. Par ailleurs, dans le groupe traité, l’amélioration de l’anosmie ou de l’hyposmie rapportée par le patient- a été plus rapide et la différence intergroupe, dans ce cas, s’est avérée statistiquement significative (76 versus 158 patients-jours ; p < 0,001). Une tendance voisine a été observée pour la toux (seuil de signification statistique non atteint.)

Le manque de puissance statistique de cet essai randomisé pilote ne permet évidemment aucune conclusion définitive. C’est en partie pour ce motif que le critère de jugement principal n’aurait pas été rempli. L’atteinte des critères secondaires est tout de même un signe positif justifiant une évaluation plus poussée dans des essais randomisés avec des effectifs plus conséquents. L’enjeu est en effet considérable, car un médicament efficace dès le début des symptômes dans une forme a priori légère de la Covid-19 offrirait bien des perspectives, surtout s’il était capable de réduire significativement la charge virale …

Dr Peter Stratford

Référence
Chaccour C et coll. : The effect of early treatment with ivermectin on viral load, symptoms and humoral response in patients with non-severe COVID-19: A pilot, double-blind, placebo-controlled, randomized clinical trial. Lancet EClinicalMedicine 2021 ; publication avancée en ligne le 14 janvier. https://doi.org/10.1016/j.eclinm.2020.100720 2589-5370.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (12)

  • Etudes de sécurité nécessaires

    Le 22 janvier 2021

    L'étude in vitro de Caly et al montre un effet à 20 micg/l ce qui est 10 fois la dose utilisée pour l'effet antiparasitaire.
    Les études de sécurité doivent donc être refaites.

    Dr Didier Marc Poisson

  • Essais thérapeutiques Covid 19

    Le 22 janvier 2021

    On ne parle pas du Masitinib, autre molécule prometteuse par ses effets anti-inflammatoires...

    Dr Remy Gries

  • Avoir des groupes plus importants

    Le 22 janvier 2021

    C'est quand même très très préliminaire ... deux groupes de 12 ... résultats en demi teinte ... il est urgent d'avoir des groupes plus importants ! Là ça ne veut pas dire grand chose...

    Dr Olivier Kourilsky

Voir toutes les réactions (12)

Réagir à cet article