De la fumée au bloc !

Vous allez tousser et suffoquer en découvrant tout ce que contiennent les fumées générées pendant les interventions chirurgicales (cf. liste). C’est un lieu commun de dire que ces fumées représentent un danger pour le personnel hospitalier. Pour autant, ce danger ne semble jamais avoir été quantifié, ni... évacué !

Les fines particules qui la composent sont inhalables et se déposent dans les poumons, puis dans tout l’organisme. La fumée contient également de nombreux composés connus pour être cancérigènes. Il a été démontré que le type de tissu à cautériser et la forme de cautérisation modifient la composition de la fumée chirurgicale. Certains articles affirment que la fumée chirurgicale inhalée quotidiennement est équivalente à la fumée de quelques douzaines de cigarettes. Cependant, il n’est guère établi que le personnel des blocs opératoires présente des taux de cancer plus élevés que la population générale. D’autres types de fumée inhalée passivement, comme les vapeurs associées à la cuisson et au chauffage au bois, sont probablement comparables à la fumée émise pendant les interventions chirurgicales. La plupart des salles d'opération ne nécessitent pas d'évacuation des fumées et les techniques d'élimination sont variables. La plupart des systèmes reposent sur la dispersion et, éventuellement, l'évacuation mécanique et la filtration. Les filtres électriques plus récents sont prometteurs, mais nécessitent plus d’études.

On nous enfume

Le problème reste entier. Certes, la fumée chirurgicale contient de nombreux composés toxiques, mutagènes et cancérigènes, dépassant parfois les limites recommandées par les organismes de santé nationaux et internationaux, mais l’importance du danger auquel elle expose n’a jamais été déterminée. Par conséquent, aucun niveau sécuritaire n'a été défini à ce jour. Des études sur les conséquences sur la santé du personnel exposé à long terme à la fumée chirurgicale, en terme de pathologies respiratoires et néoplasiques sont nécessaires, ainsi que sur les meilleurs systèmes d'évacuation des fumées, hors des blocs opératoires, d’autant plus que la taille ultrafine des particules rend la filtration difficile.

Liste des composés retrouvés dans la fumée chirurgicale

Acétonitrile, acétylène, acroléine, acrylonitrile, alkyl benzène, benzaldéhyde, benzène, benzonitrile, butadiène, butène, 3-buténénitrile, monoxide de carbone, créosol, 1-décène, 2,3-dihydro indène, éthane, éthène, éthyl benzène, éthylène, éthynyl benzène, formaldéhyde, furfural, acide hexadécanoïque, cyanide d’hydrogène, indole, isobutène, méthane, 3-méthyl buténal, 6-méthyl indole, 4-méthyl phénol, 2-méthyl propanol, méthyl pyrazine, phénol, propène, 2-propylène nitrile, pyridine, pyrrole, styrène, toluène, 1-undécène, xylène

Dr Bernard-Alex Gaüzère

Référence
Limchantra IV, Fong Y, Melstrom KA : Surgical Smoke Exposure in Operating Room Personnel: A Review. JAMA Surg. 2019 ; publication avancée en ligne le 21 août. doi: 10.1001/jamasurg.2019.2515.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Une référence utile

    Le 12 septembre 2019

    l’Association Internationale de la Sécurité Sociale en 2011: "Fumées chirurgicales - Risques et mesures de prévention"
    (https://ww1.issa.int/sites/default/files/documents/prevention/1-Fumes_chirugicales_fr-36173.pdf)

    Dr Johannes Hambura

Réagir à cet article