De moins bonnes fonctions exécutives à 8 ans en cas d’exposition précoce au tabac

Le fœtus et l’enfant sont particulièrement vulnérables aux effets nocifs du tabac. Pour les femmes enceintes qui fument, le taux de nicotine est plus élevé dans le liquide amniotique que dans le sang. L’exposition au tabac accroît le risque de petit poids à la naissance, de prématurité, d’asthme et de retard à l’acquisition du langage. En France, il est estimé que 30 % des femmes fument avant la grossesse et 16 % au 3ème trimestre. Aux USA, 58 millions d’enfants et d’adultes non-fumeurs y compris des femmes enceintes sont exposés au tabagisme passif. Les publications sur les relations entre exposition au tabac et les capacités cognitives et comportementales de l’enfant sont préoccupantes. Néanmoins, les recherches sur les fonctions exécutives impliquées dans la mémoire immédiate et les capacités de résolution des problèmes sont limitées. De plus, les enquêtes sur l’importance du tabagisme reposent sur l’interrogatoire et non sur les biomarqueurs comme la cotinine sérique.

Une étude prospective de cohorte a été menée dans la région de Cincinnati. Des femmes enceintes âgées de plus de 18 ans, HIV- et sans traitement antiépileptique ni thyroïdien, ont été contactées dans 9 maternités à 16 ± 3 semaines de gestation. L’exposition au tabac a été évaluée par l’interrogatoire et le dosage de la cotinine sérique à 16 et 26 semaines, à l’accouchement et chez les enfants à 1, 2, 3 et 4 ans. Au total, les données étaient complètes pour 239 enfants. L’association entre les concentrations de cotinine prénatales et dans l’enfance et le comportement a été examinée (Behavior Assessment System for Children-2) ainsi que les fonctions exécutives (Behavior Rating Inventory of Executive Function) à l’âge de 8 ans. Hyperactivité, agressivité, anxiété, dépression, somatisation ont été recherchées grâce à un questionnaire de 160 items. Les fonctions exécutives supérieures ont été évaluées par un questionnaire de 86 items mesurant l’inhibition, la flexibilité, le contrôle émotionnel, l’initiation, la mémoire de travail, la planification, l’organisation matérielle, le contrôle.

Pas de lien avec le comportement

Aucune relation n’a été constatée entre les troubles du comportement et les concentrations pré et post-natales de cotinine. En revanche, après ajustements en fonction des facteurs de confusion, l’exposition au tabac prénatale est apparue associée à de moins bons scores d’initiation des tâches (B = 0,44, intervalle de confiance à 95 % IC 0,03-0,85), de même que l’exposition post-natale (B = 0,69 IC 0,06-1,32). Dans la population de 208 enfants de mères n’ayant pas fumé pendant la grossesse, les taux de cotinine reflétaient le tabagisme passif. Les taux les plus élevés était associés aux déficits tardifs des scores d’initiation des tâches (B = 1,17, IC 0,47-1,87, P=0,001), de la mémoire de travail (B = 1,20, IC 0,34-2,06, P = 0,007) et de l’organisation (B = 1,20 IC 0,44-1,96, P = 0,002) mais non aux paramètres du comportement.

L’exposition au tabac pendant la grossesse, y compris par le biais du tabagisme passif, et pendant l’enfance est associée à des déficits de certains domaines de la fonction exécutive des enfants, particulièrement l’initiation des tâches et la mémoire de travail. Ces résultats suggèrent que le tabagisme même passif entrave un fonctionnement cérébral idéal.

Pr Jean-Jacques Baudon

Référence
Oh K et coll. : Associations between early low-level tobacco smoke exposure and executive function at age 8 years. J Pediatr., 2020;221:174-180

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article