De plus en plus d’oxygénothérapies à haut débit pour les bronchiolites à VRS du nourrisson

Les bronchiolites sont dues principalement au virus respiratoire syncitial (VRS) et leur distribution est régionale avec un pic en saison hivernale. Elles ont un impact important sur les services d’urgence et de soins intensifs. Dans ce cadre, l’utilisation de l’oxygénation par canule nasale à haut débit (CNHD) a connu un développement important depuis plus de 10 ans. Les mesures de distanciation sociale mises en œuvre pour limiter la transmission du virus SARS-CoV-2 ont eu pour conséquence de diminuer de façon très importante la transmission du VRS.

Des pédiatres italiens ont étudié rétrospectivement l’épidémiologie des bronchiolites observées sur 4 saisons du 1/09 au 31/03 de 2018 à 2022 dans 4 hôpitaux, 3 dans le nord et un dans le centre du pays. Le but était de déterminer le pourcentage de cas traités par CNHD en fonction du nombre d’admissions pour bronchiolite, des résultats virologiques, de la charge de travail hospitalière et des besoins en soins intensifs. L’étude a été limitée aux nourrissons de moins de 12 mois.4

Evolution dans la pratique ou plus grande agressivité des infections ?


 Au total, 876 patients ont été hospitalisés durant les 4 saisons : 2018-19 : 295, 2019-20 : 259, 2020-21 : 22 (Covid), 2021-22 : 300. L’âge gestationnel et le poids de naissance n’était pas significativement différents d’une année à l’autre. En revanche, les nourrissons étaient plus jeunes pendant la dernière année : en moyenne 48 jours vs, durant les 3 premières années, de 47,5 à 115 jours (p = 0,002). Le taux des bronchiolites à VRS a augmenté : 18-19 : 61 %, 19-20 : 68 % (périodes pré-pandémiques), 20-21 : 4 %, 21-22 : 80% , (période post-pandémique) (p < 0,001).

Le taux des bronchiolites dues aux rhinovirus a augmenté aussi de 11 % à 19 % (p<0,001). Le pourcentage des patients traités par oxygénothérapie est passé de 55 % à 77 % de la première période à la dernière (p < 0,001). Parmi eux, le nombre et le pourcentage des malades pris en charge par CNHD a augmenté respectivement à 102 (35 %), 99 (38 %), 5 (23 %), 197 (66 %, p<0,001) tandis que le taux des ventilations mécaniques est resté faible entre 1 % et 3 % des cas et celui des ventilations non invasives n’a pas varié de façon significative entre 12 % et 23 %. Enfin, le nombre de jours d’hospitalisation est passé en moyenne de 4 jours à 6 jours pendant la dernière période sans que ce soit statistiquement significatif.

En conclusion, cette étude montre une augmentation notable des soins d’assistance respiratoire et du pourcentage de bronchiolites à VRS pendant la dernière saison hivernale. Dans le même temps, le taux de ventilation mécanique et la durée d’hospitalisation n’ont pas changé. Cette constatation suggère une modification importante de l’attitude de soins plus agressive et permet d’envisager une maladie plus sévère mais sans preuve évidente.

Pr Jean-Jacques Baudon

Référence
Ghirardo S et coll. : Increased use of high-flow nasal cannulas after the pandemic bronchiolitis: a more severe disease or a changed physician’s attitude? Eur J Pediatr 2022;181:3931-3936

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article