Dépistage du CMV sur sang séché à la naissance, pas assez sensible

L’infection à cytomégalovirus (CMV) est la plus commune des infections congénitales dans les pays développés (0,45-0,7 % des naissances vivantes). Cependant, le dépistage sur sang séché à la naissance n’a pas été institué. Son intérêt pourrait être la détection des malformations et de la surdité. L’infection est confirmée par l’identification du virus, au cours des deux premières semaines, dans les urines ou autres milieux biologiques par culture ou par biologie moléculaire. Passé ce délai, la recherche du CMV par PCR, sur l’échantillon de sang séché, pourrait permettre un diagnostic rétrospectif. Cependant, la sensibilité de cette technique est diversement évaluée.

Une étude espagnole s’est basée sur le registre des infections à CMV diagnostiquées au cours des 15 premiers jours de vie par culture ou rtPCR sur un milieu biologique, en 2007-2016. Les nourrissons explorés en raison de signes compatibles avec une infection à CMV mais avec une PCR négative sur les urines ont servi de contrôle. Les échantillons de sang séché conservés dans les unités de dépistage métabolique ont été récupérés pour la recherche de CMV par rtPCR. Le temps médian entre le recueil et la recherche de CMV a été de 35,4 mois (intervalle interquartile 15,7-50,8).

Au total, 103 patients (filles 52 %) et 81 contrôles provenant de 10 hôpitaux ont été inclus ; 33 % des patients étaient prématurés, 26 % étaient petits pour l’âge gestationnel, le poids de naissance médian était de 2 647 g. Des symptômes compatibles avec l’infection à CMV étaient présents chez 65 nourrissons (63 %) : anomalies de l’imagerie cérébrale (23, 38 %), surdité (22, 36 %), thrombopénie (12, 20 %), pétéchies (10,16 %), microcéphalie (9,15 %), hépato/splénomégalie (5, 8 %) et plus rarement autres signes ; 64 patients avaient reçu un traitement antiviral.

Des résultats négatifs ne permettent pas d’éliminer le diagnostic

Les échantillons de sang séché ont été positifs pour 58 patients (56 %) et deux des 81 contrôles. De fait, la sensibilité est de 56 % (intervalle de confiance à 95 % [IC] 47-65 %), la spécificité de 98 % (IC 91-99 %), le rapport de probabilité positif de 22,81 (5,74-90,58) et négatif de 0,45 (0,36-0,60). La seule variable associée à des résultats négatifs était la charge virale plasmatique (P = 0,017) ; la sensibilité augmentait avec la charge virale à la naissance exprimée en log et classée par catégories. En revanche, il n’a pas été constaté d’associations avec les signes cliniques, le temps écoulé entre le prélèvement et l’analyse, entre les formes symptomatiques et asymptomatiques.

En conclusion, dans cette série, la sensibilité de la recherche de CMV par PCR sur l’échantillon de sang prélevé à la naissance est basse. De fait, une recherche négative n’élimine pas le diagnostic en particulier en cas de taux de virémie faible à la naissance.

Pr Jean-Jacques Baudon

Référence
Vives-Oñós I et al. Is polymerase chain reaction in neonatal dried blood spots reliable for the diagnosis of congenital Cytomegalovirus infection? Pediatr Infect Dis J., 2019;38:520-524

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article