Dépistage du diabète de type 2 chez les enfants : des recommandations normandes

Aux Etats-Unis, le nombre d’enfants et d’adolescents diabétiques est estimé à 210 000, le diabète représentant la 3e maladie pédiatrique chronique. L’incidence du diabète (Db) de type 2 a augmenté de 9/100 000 enfants et adolescents en 2002-2003 à 13,8/100 000 en 2014-2015, concernant actuellement 23 000 enfants américains.

On estime que 18 % des adolescents de 12 à 18 ans avaient un prédiabète (préDb) entre 2005 et 2016. Le Db de type 2 survient généralement chez le grand enfant au début de la période pubertaire. A cet âge il existe une insulinorésistance temporaire mais, heureusement, 22 à 52 % des enfants et adolescents prédiabétiques normalisent leur glycémie et hémoglobine glyquée (HbA1c) dans les 6 mois à 2 ans. Ainsi la question de la pertinence du dépistage pédiatrique systématique se pose devant une pathologie qui reste peu fréquente, associée à des comorbidités et des complications potentielles, mais parfois transitoire.

Le Db de type 2 se définit par une hyperglycémie avec insulino-résistance et perte progressive de la fonction sécrétoire d’insuline des cellules β du pancréas, contrairement au Db de type 1 dû à la destruction cellulaire auto-immune. Un préDb est défini par une élévation modérée de la glycémie à jeun entre 100 et 125 mg/dL (5,6 à 6,9 mmol/L) et/ ou de l’HbA1c entre 5,2 et 6,4 %.

Deux heures après charge orale en glucose, la glycémie se situe entre 140 et 190 mg/dL (7,8 à 11,0 mmol/L). Le diagnostic de Db de type 2 caractérisé est posé quand la glycémie à jeun est ≥ 126 mg/dL (7,0 mmol/L), l’HbA1c ≥ 6,5 % et la glycémie post charge ≥ 200 mg/dL (11,1 mmol/L).

Une revue de la littérature systématique peu contributive


Récemment, l’USPSTF (US Preventive Services Task Force) a mené une revue systématique sur le dépistage du préDb et du Db de type 2 chez les moins de 18 ans asymptomatiques (jeunes filles enceintes exclues) afin d’évaluer le rapport bénéfice/risque de celui-ci sur le devenir en matière de santé et sur la progression éventuelle d’un prédiabète à un authentique Db de type 2.

L’USPSTF déplore de n’avoir pu trouver aucun travail portant sur les bénéfices du dépistage ni sur ses dangers et de n’avoir pu identifier qu’une seule étude de bonne qualité ayant analysé l’impact d’une intervention sur la progression vers le Db de type 2. Il faut toutefois signaler l’essai TODAY (Traitement Option for Diabete type 2 in Adolescents and Youngs) qui faisait état en cours de traitement de 4 cas d’hypoglycémies sévères sous metformine-rosiglitazone, voire sous metformine seule ainsi que d’une fréquence accrue de troubles gastro-intestinaux iatrogènes.

Dans un essai de 16 semaines, comparant metformine vs placebo chez 82 adolescents diabétiques de type 2, il a été signalé 25 % de douleurs abdominales et 17 % de nausées et vomissements (versus 12 % et 10 % respectivement).

Des preuves insuffisantes


A ce jour, l’USPSTF juge insuffisantes les preuves pour préciser la balance bénéfice/risque du dépistage d’un Db de type 2 chez des enfants et adolescents asymptomatiques hors grossesse et analyser les effets d’un traitement éventuel sur le devenir de l’enfant en matière de santé (État I de la recommandation). Un dépistage systématique, à l’instar des adultes, comporterait un risque de surdiagnostic et de surtraitement pourvoyeur d’hypoglycémies et de troubles gastro-intestinaux iatrogènes.

L’USPSTF appelle à davantage d’études à ce sujet, et précise que les cliniciens doivent utiliser leur jugement clinique pour déterminer un dépistage individuellement approprié. Les experts rappellent également les recommandations de dépistage de l'American Diabetes Association basé sur le risque de Db de type 2 après le début de la puberté ou l'âge de 10 ans chez les enfants en surpoids ou obèses avec ≥ 1 facteurs de risque supplémentaire pour le diabète.

En cas de dysrégulation glucidique confirmée, l’USPSTF préconise en premier lieu des mesures hygiéno-diététiques (perte de poids, augmentation de l’activité physique). Trois molécules sont approuvées pour le traitement du Db de type 2 de l’enfant (metformine, insuline, liraglutide). Malgré une efficacité démontrée sur l’indice de masse corporelle, la glycémie à jeun et l’insulinorésistance, la metformine n’est pas retenue pour prévenir la progression de l’état de prédiabète à celui de diabète de type 2 avéré dans cette population.

Dr Pierre Margent

Référence
US Preventive Services Task Force, Mangione CM, Barry MJ, Nicholson WK, et coll. : Screening for Prediabetes and Type 2 Diabetes in Children and Adolescents : US Preventive Services Task Force Recommendation Statement. JAMA. 2022 Sep 13;328(10):963-967. doi: 10.1001/jama.2022.14543. PMID: 36098719.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article