Dépression parentale post-partum : à qui ne profite pas le congé paternité ?

À la suite de la directive européenne sur l'équilibre entre vie professionnelle et vie privée en 2019, le Parlement européen a encouragé les politiques favorisant le partage égal des responsabilités familiales entre les mères et les pères. Plusieurs pays élargissent leurs politiques de congé paternité, ce qui peut avoir des effets positifs sur la santé mentale des parents. Une équipe de recherche en épidémiologie a examiné l’association éventuelle entre 2 semaines de congé paternité payé et la dépression post-partum chez les mères et les pères.

Plus de 20 000 parents interrogés

Pour cela, les chercheurs ont utilisé les données de l'Etude Longitudinale Française depuis l'Enfance (ELFE) étude de cohorte qui a inclus 18 040 mères majeures ayant accouché en 2011 dans 320 maternités de France métropolitaine (naissances vivantes simples ou gémellaires après au moins 33 semaines de gestation). Les mères étaient interrogées en face à face peu après la naissance.

Puis les deux parents ont eu un entretien par téléphone 2 mois après, et ont indiqué si le père avait droit au congé paternité et si oui, s'il l'avait pris ou avait l'intention de le prendre. La dépression post-partum a été évaluée chez les parents à 2 mois grâce à l'échelle de dépression postnatale d'Edimbourg. Les données ont été analysées à l’aide de modèles de régression logistique après ajustement sur les caractéristiques personnelles (âge, niveau d’études, secteur d’emploi…), familiales et de l’enfant.

Au total, ont été inclus 10 975 pères et 13 075 mères, d’âge médian au moment de la naissance de l’enfant de 32,6 ans (IQR 36,9-22,6) et de 30,5 ans (34,0-27,1) respectivement.

Un effet protecteur… pour les pères

A 2 mois, 64 % des pères avaient pris leur congé paternité, 17 % d’entre eux avaient l’intention de le faire quand 19 % ne l’avaient pas pris et n’en avaient pas l’intention. La prévalence de la dépression chez les pères selon le statut du congé paternité était de 4,5 % chez ceux qui ont l’ont utilisé, de 4,8 % chez ceux qui avaient l'intention de l'utiliser et de 5,7 % chez ceux qui ne l'ont pas utilisé. Les pères qui ont pris un congé paternité ainsi que ceux qui avaient l'intention de le prendre avaient une probabilité réduite de dépression post-partum par rapport aux pères ne l'ayant pas pris (respectivement Odds ratio OR 0,49 [intervalle de confiance à 95 % IC à 95 % 0,48–0,51] et OR 0,55 [0,53–0,57]).

Pour les mères, la prévalence de la dépression post-partum à 2 mois était de 16,1 % chez celles dont le partenaire a utilisé le congé paternité, de 15,1 % chez celles dont le partenaire en avait l'intention et de 15,3 % chez celles dont le partenaire ne l'a pas utilisé. Ainsi, chez les mères dont les partenaires ont pris ou avaient l'intention de prendre un congé paternité il n’y a pas eu d’effet bénéfique constaté (OR 1,13 [1,05-1,20] et 1,02 [0 ,96-1,08]).

Après ajustement, les mères dont le partenaire prenait un congé paternité avaient un risque plus élevé de dépression post-partum à 2 mois. Les hypothèses pour expliquer ce résultat inattendu sont multiples : répartition inégale du temps alloué entre congés maternité et paternité, congé paternité souvent pris le mois suivant la naissance. Des facteurs de confusion sont également possibles tels un terrain prédisposant à la dépression chez les compagnes des pères prenant leur congé.

En conclusion, le congé paternité est associé dans cette vaste étude à une diminution du risque de dépression post-partum chez les pères. Cependant, ce congé paternité pourrait exposer les mères à un risque accru de dépression post-partum, suggérant que la durée et le moment optimaux du congé, entre autres facteurs, nécessitent une enquête plus approfondie. Depuis juillet 2021, la France a augmenté la durée du congé paternité à 28 jours. Ce changement pourrait être un moyen propice d'évaluer la santé mentale des parents et d’améliorer l'équité entre les sexes.

Dr Isabelle Méresse

Référence
Barry KM, Gomajee R, Benarous X, Dufourg MN, Courtin E, Melchior M : Paternity leave uptake and parental post-partum depression: findings from the ELFE cohort study. Lancet Public Health. 2023 Jan;8(1):e15-e27. doi: 10.1016/S2468-2667(22)00288-2. PMID: 36603906.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article