Des consommateurs de cannabis parmi les adolescents souffrant de MICI

La consommation de marijuana (cannabis) a été approuvée aux USA pour des raisons médicales dans 46 états et autorisée dans 8 dont le Colorado pour son effet euphorisant. Les maladies inflammatoires chroniques de l’intestion (MICI), maladie de Crohn et colite ulcéreuse, sont l’une des raisons d’accès autorisés à cette drogue. En pathologie d’adulte, le cannabis a été utilisé pour les nausées liées à la chimiothérapie, les douleurs chroniques, la spasticité. Au cours des maladies inflammatoires du tube digestif, son emploi a conduit à une amélioration subjective des symptômes en comparaison du placebo mais pas des marqueurs inflammatoires. Chez les adolescents, il n’existe aucune preuve quant à ses bénéfices à long terme.

Des chercheurs en psychiatrie de l’Université du Colorado ont réalisé une étude en 2015-2017 sur 99 patients de 13-23 ans traités pour maladie de Crohn (n = 62), colite ulcéreuse (27) ou indéterminée (10), 56 étaient des garçons, 82 avaient une forme quiescente ou modérée. Indépendamment de la prise de cannabis, les informations ont été obtenues à partir des dossiers médicaux, des auto-rapports informatiques et des interviews sur la perception des risques du cannabis.

Une justification médicale pour plus de la moitié des patients

Les troubles ressentis ont été évalués sur des échelles de douleur, de qualité de vie, de dépression et d’anxiété. Les taux sériques de Δ-9 tétra-hydro-cannabinol et de cannabidiol ont été dosés. Selon l’importance de l’utilisation au cours des 6 derniers mois, les patients ont été classés en consommateurs (32/99) ou non ; 9 d’entre eux en prenaient tous les jours ou presque. La seule différence portait sur l’âge plus avancé chez les consommateurs : 17 ans ± 1,9 vs 15,9 ans ± 2,2 (P = 0,011) ; les autres paramètres médicaux et sociaux étaient comparables. L’administration se faisait en fumant (83 %) et/ou sous forme comestible (50 %), par voie percutanée (40 %) ou vapotage (30 %). Au moins une justification médicale était avancée par 57 % des patients : soulager la douleur (53 %), se relaxer (60 %), se sentir bien (50 %), passer un bon moment avec ses amis (47 %). Un ou plusieurs problèmes liés à la consommation était rapporté par 37 % des utilisateurs. L’absence de risque était avancée par 80 % des consommateurs contre 25 % des abstentionnistes (P < 0,001). Après ajustement en fonction de l’âge, les utilisateurs étaient 10,7 fois plus enclins à percevoir un risque faible (P < 0,001).

Ainsi la consommation de cannabis est commune chez les adolescents et jeunes adultes souffrant de colites inflammatoires. Cette enquête illustre la nécessité du dépistage au cours des maladies chroniques et de la prise en charge pour les jeunes patients de cette consommation.

Pr Jean-Jacques Baudon

Référence
Hoffengerg EJ et coll. : Marijuana use by adolescents and young adults with inflammatory bowel disease. J Pediatr., 2018;199:99-105

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article