Des interactions possibles entre SARS-CoV-2 et pneumocoque

L’association entre infection virale et complications bactériennes est fréquente. Ainsi, les pneumopathies à pneumocoques ne sont pas rares au cours ou au décours de la grippe. L’hypothèse classique est que l’infection bactérienne est secondaire à l’inflammation virale des voies aériennes.

Celle-ci altère la réponse immunitaire innée, facilite l’installation du pneumocoque et la perte de contrôle vers une pneumopathie secondaire.

Les études épidémiologiques et expérimentales ont toutefois montré des interactions entre virus et bactéries dès les premiers stades de l’évolution clinique, qui viendraient contredire ce caractère secondaire. Les prélèvements respiratoires de patients infectés par des virus (grippe, VRS, adénovirus, coronavirus endémique, rhinovirus) contiennent des pneumocoques en plus grande quantité que les prélèvements des individus n’ayant pas d’infection virale. Il a été montré que les porteurs de pneumocoque ont une réduction de la réponse immunitaire muqueuse contre le virus de la grippe, et une plus grande probabilité de présenter à la fois une infection virale et des symptômes respiratoires aigus secondaires. Ces interactions entre pneumocoques et virus restent mal comprises.

Si les pneumopathies à pneumocoques semblent moins fréquentes après une infection par le SARS-CoV-2 qu’après d’autres infections virales, elles augmentent le risque de décès. Des essais randomisés ont montré que les vaccins anti-pneumococciques conjugués protègent contre les pneumopathies associées aux virus respiratoires. Pour étudier l’hypothèse d’interactions entre le SARS-CoV-2 et les pneumocoques, dès le stade initial de la maladie, une équipe états-unienne a comparé le pronostic d’une infection par le SARS-Cov-2 chez des patients âgés de plus de 65 ans, certains vaccinés et d’autres non par le vaccin conjugué anti-pneumococcique à 13 valences (PCV 13).

La vaccin anti pneumococcique à 13 valences semble protéger contre l’infection à SARS-CoV-2 et en réduire la gravité 

Au total plus de 530 000 adultes ont été recrutés. Entre le 1er mars et le 22 juillet 2020, un diagnostic de Covid-19 a été porté chez 3 677 d’entre eux, 1 075 ont été hospitalisés et 334 décès sont survenus.

Les personnes vaccinées antérieurement par le PCV 13 ont un risque d’infection par le SARS-CoV-2 réduit de 35 %, un risque d’hospitalisation réduit de 32 % et un risque de décès réduit de 32 %.

Pour les auteurs, ces données, bien qu’issues d’une étude observationnelle, semblent appuyer l’hypothèse selon laquelle la présence de pneumocoques dans les voies respiratoires supérieures contribuerait à la pathogénie du SARS-CoV-2. L’effet de la vaccination est sensiblement identique sur les 3 paramètres, suggérant que la protection commence aux stades initiaux de la Covid-19 plutôt qu’en prévention d’une forme sévère qui aurait un impact plus important sur les taux des hospitalisations et de décès. En revanche, on ne retrouve pas de lien entre vaccination avec le vaccin polysaccharidique à 23 valences (qui, contrairement au PCV13 n’évite pas le portage du pneumocoque dans les voies aériennes), et une réduction des 3 paramètres. Enfin, une annulation temporaire de l’effet est observée chez les personnes vaccinées mais traités dans les 3 mois précédents par un antibiotique. Les auteurs l’expliquent par le fait que l’effet protecteur du vaccin ne peut se manifester chez ces patients qui ne sont plus, temporairement, porteurs de pneumocoque.

Dr Roseline Péluchon

Références
Lewnard J.A. et coll. : Prevention of COVID-19 among older adults receiving pneumococcal conjugate vaccine suggests interactions between Streptococcus pneumoniae and SARS-CoV-2 in the respiratory tract. J Infect Dis. 2021 ; publication avancée en ligne le 9 mars. doi: 10.1093/infdis/jiab128.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Prevenar 13® pour les vulnérables pas encore éligibles ?

    Le 11 avril 2021

    Puisque nous avons quitté le champs de preuves concernant interchangeabilité des vaccins Covid-19 et acceptons une "très forte présomption d'interchangeabilité" (résultats des études britanniques attendus pour l'été), non partagée par l'OMS, il ne serait que cohérent de tenir compte de cette étude observationnelle et proposer le vaccin 13-valent conjugué (Prevenar 13®) aux personnes vulnérables qui ne seraient pas encore éligibles aux vaccins Covid-19...
    Puisque "...un risque d’infection par le SARS-CoV-2 réduit de 35 %, un risque d’hospitalisation réduit de 32 % et un risque de décès réduit de 32 %...".

    Dr Johannes Hambura

Réagir à cet article