Effet possible d’un allaitement maternel prolongé sur les facteurs de risque cardio-métaboliques

La nutrition au début de la vie peut influencer le développement cardio-métabolique ultérieur. L’OMS recommande l’allaitement maternel exclusif pendant les six premiers mois et l’introduction des aliments solides à partir de 6 mois, tout en poursuivant l’allaitement au sein au moins jusqu’à 12 mois. Une étude de cohorte britannique a montré une association entre allaitement maternel et diminution de la pression systolique à l’âge médian de 7,5 ans, plus nette si la durée de l’allaitement a été d’au moins 6 mois. Le lien entre durée de l’allaitement et facteurs de risque cardio-métabolique est moins bien connu.

Des équipes de pédiatres de Toronto ont donc étudié l’association entre la durée de l’allaitement et les facteurs de risque cardio-métabolique entre 3 et 6 ans : périmètre abdominal, pression artérielle systolique, glycémie, cholestérol HDL et triglycérides. Les 1 539 participants ont été recrutés entre octobre 2009 et août 2015 par l’intermédiaire d’un réseau de recherche basé sur les consultations systématiques programmées des enfants. Après prise en compte des facteurs de confusion, une analyse de régression linéaire multi-variable ajustée a été utilisée pour examiner les associations entre la durée de l’allaitement maternel et le Z-score individuel de risque cardio-métabolique obtenu en additionnant les Z-scores des 5 facteurs étudiés.

Périmètre abdominal et pression artérielle réduits pour chaque trimestre d’allaitement en plus

En moyenne, la durée de l’allaitement maternel était de 12,5 ± 8,4 mois. Une durée prolongée de l’allaitement est apparue associée à un Z-score de risque cardio-métabolique abaissé (β = -0,03 intervalle de confiance -0,05, -0,01). Ainsi, il a été montré que chaque 3 mois supplémentaire d’allaitement maternel est associé à une diminution de 0,13 cm (intervalle de confiance à 95 % [IC] -0,20, -0,05) du périmètre abdominal et de 0,16 mmHg (IC 0,30,-0,02) de la pression artérielle systolique. Les enfants allaités pendant 12 à 24 mois en comparaison de ceux allaités 6 à 12 mois avaient une pression artérielle systolique inférieure de 1,07 mmHg (IC -2,04, -0,10). Au-delà de 24 mois, il n’a pas été constaté d’association entre durée de l’allaitement et risque cardio-métabolique.

Ainsi, une plus longue durée de l’allaitement maternel est associée à une baisse des facteurs de risque cardio-métaboliques entre 3 et 6 ans bien que la magnitude de cette association soit faible. Une relation causale ne peut en être inférée. Au-delà de 24 mois, l’allaitement maternel n’apporte pas de bénéfice supplémentaire.

Pr Jean-Jacques Baudon

Références
Wong PD et coll. : The association of breastfeeding duration and early childhood cardiometabolic risk. J Pediatr., 2018 ;192: 80-85.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Un sujet important à creuser

    Le 22 janvier 2018

    Plus d'informations est utile et nécessaire, d'autres études bienvenues. Si, comme je crois, recommander l'allaitement maternel est surtout une bonne idée, mon expérience, longue, tendant à mettre en évidence de gros bénéfices pour les enfants, dans le domaine des comportements, développement de la personnalité, meilleures défenses aux agents infectieux, il se peut qu'on ignore des inconvénients éventuels. Merci de nous fournir de quoi réfléchir.

    Des études qui sont souvent évoquées insistent sur l'avantage pour les mères moins exposées aux cancers du sein. Ce serait la meilleure prévention de ces cancers. est-ce vrai ?

    Marie-France Hugot

Réagir à cet article