FA sous anticoagulant : la surcharge pondérale ne semble pas peser

On connaît mal l’efficacité et la sécurité d’emploi d’une posologie fixe d’anticoagulant oral chez les patients en fibrillation atriale (FA) et en surpoids qui sont exposés à un risque d’embolie et d’hémorragie. C’est cette incertitude qui a poussé Domínguez-Erquicia et coll. à tenter d’évaluer, en fonction de leur poids corporel (< 60 kg, 60 à 100 kg, >100 kg), la survenue d’événements emboliques, hémorragiques et la mortalité de patients avec une FA anticoagulés par un antivitamine K (AVK) ou par un anticoagulant oral direct (AOD).

L’étude rétrospective a été menée à partir des données d’un registre espagnol dans lequel avaient été inclus des patients consécutifs ayant présenté une FA, entre 2014 et 2018, dans la province de Galicie.

L’analyse a finalement porté sur 11 821 patients ; ils ont été classés en 3 catégories en fonction de leur poids : poids léger (< 60 kg) (n = 924 patients) ; poids moyen (60 à 100 kg) (n = 9 546 patients ; poids lourd (> 100 kg) (n = 958 patients). Le groupe poids moyen constituait le groupe de référence.

Pas d’association entre le poids et les risque d’hémorragie, d’AVC et de mortalité


En analyses univariées, il n’a pas été trouvé d’association entre le poids et la survenue d’une hémorragie majeure (poids léger : hazard ratio [HR] 1,13 ; intervalle de confiance [IC] 95 % : 0,92 à 1,41 ; poids lourd : HR 1,02 ; IC 95 % : 0,83 à 1,26). Un accident vasculaire cérébral/embolie systémique est survenu chez 817 patients (6,6 %).

En analyses multivariées il n’a pas été trouvé d’association significative entre le poids et le risque de survenue du critère associant accident vasculaire cérébral et embolie systémique (alors qu’une telle association était retrouvée en analyses univariées). De même, en analyses multivariées, il n’a pas été trouvé d’association significative entre le poids et la mortalité (alors qu’une telle association était retrouvée en analyses univariées).

En conclusion, chez les patients en FA traités par un anticoagulant oral (AVK ou AOD), les surcharges pondérales extrêmes n’exposent pas, lors du suivi (dont la durée n’est malheureusement pas précisée) à une augmentation significative du taux des événements indésirables.

Dr Robert Haïat

Référence
Domínguez-Erquicia P et coll. : Comparison of Outcomes in Patients With Atrial Fibrillation Under Oral Anticoagulation Therapy Analyzed by Body Weight (<60, 60 to 100, and >100 kg). Am J Cardiol 2022 ; 184: 41-47. doi.org/10.1016/j.amjcard.2022.07.028

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article