Faut-il être parent pour être un bon pédiatre ?

Les conseils préventifs aux parents (« anticipatory guidance ») sont une composante des soins aux enfants bien portants. Ils sont généralement incorporés aux examens de santé périodiques malgré un temps de consultation limité et un nombre de sujets croissant. Selon une étude datant de 1999, leur contenu est en grande partie déterminé par l’expérience des pédiatres en tant que médecins et en tant que parents et par leur connaissance des sujets (1).

Une enquête en ligne de la Mayo Clinic (USA), développée avec l’application REDCape, suggère que les pédiatres en cours de formation prodiguent des conseils aux parents avec plus d’assurance quand ils sont eux-mêmes parents (2).

Le questionnaire de l’enquête comprend 8 questions sur des sujets cliniques (la fièvre, la diarrhée, les troubles respiratoires, etc.) et 18 questions sur des sujets de parentalité (l’alimentation, le sommeil, la propreté sphinctérienne, etc.). Il a été adressé à 90 médecins en formation dans le même centre (résidents et fellows - équivalant à peu près à des internes -, et assistants). Les réponses ont été cotées sur une échelle de Likert de 1 (jamais assuré) à 5 (toujours assuré).

Le taux de réponses a été de 70 % (63/90). Trois quarts des réponses émanent de résidents et de fellows (n = 47), dont 72 % n’avaient pas d’enfants, et un quart d’assistants (n = 16), dont 75 % avaient des enfants. Les femmes sont surreprésentées parmi les résidents et les fellows ainsi que parmi les médecins sans enfants.

Compenser l’absence d’enfant par un surcroît de formation

Sur les sujets cliniques, l’assurance des médecins augmente avec le nombre d’années de formation. Il n’y a pas de différence entre les médecins sans enfant et avec enfant, que ce soit globalement ou par sujet.

Sur les sujets de parentalité, l’assurance des médecins augmente aussi avec le nombre d’années de formation. Elle est moins élevée chez les médecins sans enfant que chez les médecins avec enfant (moyennes des cotations de Likert : 3,2 ± 0,8 vs 4,0 ± 0,6, respectivement ; p <0,001). Les sujets sur lesquels les médecins sans enfant sont le moins à l’aise comprennent la préparation des biberons, l’apprentissage de la propreté, le sommeil, la sécurité de l’environnement et les sièges auto pour enfants (< 0,001 pour les 5 sujets). Toutefois, il n’y a pas de différence entre les assistants sans enfant et avec enfant, ce qui suggère que l’absence d’enfant peut être compensée par la formation.

Malgré les limitations de leur étude, les auteurs tirent argument de ce dernier résultat pour proposer un programme de formation sur les sujets de parentalité, en pédiatrie ambulatoire, comportant l’observation des enfants et des personnes qui s’occupent d’eux, la réalisation de soins courants, la revue de la littérature sur la parentalité et des entretiens avec des enseignants.

Dr Jean-Marc Retbi

Références
1. Cheng TL et coll. : Determinants of counseling in primary care pediatric practice : physician attitudes about time, money and health issues. Arch Pediatr Adolesc Med., 1999 ; 153 : 629-635
2. Corredor MM et coll. : Is the childless pediatrician less confident ? Assessment of physician confidence in providing parental advice and introduction to a novel approach to anticipatory guidance training. Clin Pediatr 2021 ; 60 : 447-451

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • Infirmière puéricultrice

    Le 30 octobre 2021

    De plus en plus d'infirmières puéricultrices s’installent en libéral pour travailler en complémentarité sur ces sujets avec les pédiatres, médecins et sages-femmes.

    Caroline Plas (Infirmière puéricultrice)

  • Un merveilleux outil au service de la santé des enfants

    Le 31 octobre 2021

    En France, le suivi préventif des enfants est inscrit au code de la santé publique au titre de la protection maternelle et infantile qui prévoit 17 examens de la naissance a six ans. Notamment pour aborder tous ces sujets relatifs au grandir et donner confiance aux parents dans le cadre d'un dialogue bienveillant (bien davantage que la transmission de connaissances, car il y a bien de multiple manière de d'accommoder les bébés)
    !( Geneviève Delaisi de Parseval).

    L'enjeu de ces consultations de pédiatrie préventive est bien sûr de vérifier la croissance de l'enfant et de prendre un temps d'observation de son développement à partager avec les parents ...Ceci peut aussi avoir lieu dans la cadre d'une consultation de PMI et prolongé evtl par une visite à domicile par une puericultrice de PMI...

    Merveilleux outil au service de la santé des enfants, ce dispositif est malheureusement si méconnu d'où ce petit rappel ...

    Dr Marie Christine Colombo (médecin de pmi)

Réagir à cet article