Freud contre Moll : plagiat psychiatrique ?

Bien que son nom soit souvent cité dans l’histoire des conceptions sur la sexualité, Albert Moll[1] (1862–1939) reste assez méconnu aujourd’hui, « et surtout le contenu de ses publications. » Comment Sigmund Freud et Albert Moll sont-ils devenus des « ennemis acharnés », alors qu’ils étaient pourtant deux esprits aux préoccupations très similaires ? C’est le thème d’un article de la revue History of Psychiatry, proposé par un chercheur de l’université de Maastricht (Pays-Bas), à propos de « l’antagonisme » entre les deux praticiens, lié à une controverse sur la notion de sexualité infantile que Freud voyait comme une « percée révolutionnaire » : auquel de ces deux auteurs faut-il attribuer la vraie paternité de ce concept, si cher aux psychanalystes ?

Réel plagiat ou simple convergence psychiatrique ? Quand Albert Moll publie en 1908 son ouvrage intitulé Untersuchungen über die Libido sexualis (Études sur la libido sexuelle), Freud l’accuse aussitôt de plagiat, en raison des « nombreux parallèles » entre ce livre et sa propre (et célèbre) publication de 1905, Drei Abhandlungen zur Sexualtheorie (Trois essais sur la théorie sexuelle). Si Freud n’a pas reconnu « la pensée novatrice » de Moll, l’auteur de cet article rappelle qu’une lecture parallèle des deux textes soulève pourtant « des questions sur l’intégrité de Freud. » D’autant plus qu’au début du XXème siècle, Moll passait pour un « expert éminent sur les sciences sexuelles en Europe centrale. » Mais sans doute moins armé que Freud pour le supplanter dans une joute littéraire, Moll a souffert surtout de sa « naïveté, comme Juif sous le Troisième Reich » : quand Freud se réfugie en Grande-Bretagne après l’Anschluss de 1938, Moll décide de rester à Berlin où, malgré des « efforts » pour « rester en contact avec les nazis », il meurt « seul, appauvri et oublié du monde extérieur », le 23 septembre 1939, exactement le même jour que Sigmund Freud, « son ennemi juré, désormais mondialement connu. » Pure coïncidence, ou étrange exemple de synchronicité[2] jungienne ?

[1] https://en.wikipedia.org/wiki/Albert_Moll_(German_psychiatrist)
[2] https://fr.wikipedia.org/wiki/Synchronicite

Dr Alain Cohen

Référence
Harry Oosterhuis: Freud and Albert Moll: how kindred spirits became bitter foes. History of Psychiatry 2020, Vol. 31(3) 294–310.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article