Fruit ou pur jus de fruit ?

Les effets sur la santé des purs jus de fruits, entre fruits et boissons sucrées, sont débattus entre les instances de santé publique. Aux USA, ils sont considérés comme les fruits, les autorités indiquant que la moitié des recommandations en fruits peut être couverte par les jus ; au Royaume-Uni, une portion par jour de pur jus de fruits de 150 ml (mais une seule) peut compter dans « les 5 fruits et légumes par jour » ; en France, le PNNS indique « qu’un pur jus ne peut remplacer de façon systématique les fruits entiers qui restent essentiels pour la mastication, l’apport en fibres et l’effet de satiété ». Enfin aux Pays-Bas seul leur apport en sucre est retenu, et ils sont considérés comme les autres boissons sucrées, donc de manière péjorative.

Qu’est-ce qu’un pur jus de fruits ? Il est composé à 100 % de jus de fruits à l’exclusion de sucres ajoutés, édulcorants, autres molécules tels que conservateurs ou colorants. Il peut être produit à base de concentré. En termes de composition, il apporte moins de fibres et de vitamine C que les fruits, mais contient en principe un niveau élevé de polyphénols, favorables au plan cardiovasculaire notamment. Et aussi des sucres libres, objet du débat. Côté santé cardiovasculaire, la consommation de purs jus a été associée à une baisse de la pression artérielle diastolique.

Un verre quotidien de pur jus de fruit est favorable à la santé cardiovasculaire mais le fruit reste préférable

Dans cette étude prospective réalisée aux Pays-Bas, les auteurs ont examiné les effets de la consommation de fruits et jus de fruits sur la survenue de maladies cardiovasculaires, AVC et maladies coronariennes. Au total, 34 560 participants âgés de 20 à 69 ans ont été suivis pendant en moyenne 14,6 ans. Les résultats ont été rendus après ajustements sur des facteurs physiques, socio-démographiques, hygiène de vie et alimentation, pression artérielle et lipides sanguins ; un verre représentait 150 ml.

Des effets favorables ont été observés pour 1 à 7 verres par semaine, comparés à aucune prise. Sur les maladies coronariennes, on note une baisse de risque de 12 % (Hazard Ratio [HR] 0,88 ; intervalle de confiance à 95 % [IC 95 %] : 0,80-0,97) avec ces 1 à 7 verres. Concernant les AVC, la baisse est de 20 % (HR 0,8 ; IC 95 % 0,64-0,99) pour 1 à 4 verres/semaine et 24 % (HR 0,76 ; IC95 % 0,61-0,94) pour 5 à 7. A partir de 8 verres/semaine, il n’y a plus de différences significatives. Ces chiffres varient peu entre faibles et forts consommateurs de fruits. Enfin, la prise de plus de 121 g/j de fruits, comparée à moins de 121 g/j, était associée à une baisse de risque de maladies cardiovasculaires dans leur ensemble de 13 % (HR 0,87 ; IC95% 0,78-0,97).

En conclusion, cette étude montre qu’une consommation faible à modérée de pur jus de fruits, jusqu’à 7 verres par semaine est associée à une baisse de risque de coronaropathies et AVC. Les fruits entiers restent cependant préférables compte-tenu de leurs nombreux bénéfices déjà établis. Le verre quotidien de pur jus de fruit est particulièrement intéressant pour les personnes qui consomment peu de fruits ; mieux vaut le choisir le plus riche en fibres, et le moins filtré possible.

Dr Viviane de La Guéronnière

Références
Scheffers FR et coll. : Pure fruit juice and fruit consumption and the risk of CVD: the European. Prospective Investigation into Cancer and Nutrition–Netherlands (EPIC-NL)study. Br J Nutrition, 2019, 121, 351–359.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (3)

  • Jus de fruits, fruits et sucre et santé

    Le 06 février 2019

    Pour vous édifier voir ou revoir :http://www.tv-replay.fr/05-02-19/sucre-le-doux-mensonge-arte-13345430.html

    Dr J-P Ribes

  • Pourquoi du jus ?

    Le 16 février 2019

    L'absorption de jus de fruits est une ineptie nutritionnelle. C'est une gourmandise, certes, mais ce ne devrait pas être considéré comme un aliment courant.
    Non seulement le jus de fruit ne contient pour ainsi dire que du sucre, mais il s'agit du pire des sucres pour l'espèce humaine, le fructose pur. Quant aux "vitamines" et autres substances phénoliques, elles sont quasi inexistantes dans les jus et surtout sans effet mesurable à cause de leur bioactivité négligeable sous cette forme.

    Car il n'y a pas que la composition nutritionnelle en cause dans la nocivité des jus : leur forme liquide est un facteur très péjoratif pour la cinétique de signalisation et d'absorption.
    Les vertus nutritionnelles des fruits sont tout à fait indissociables de leur consommation entière.

    Dr Pierre Rimbaud

  • La mastication est essentielle

    Le 19 février 2019

    Lors de la croissance la mastication est essentielle à la croissance des maxillaires, puis ensuite à la santé parodontale ; un verre de jus de pommes correspond à 2 à 3 pommes sans mastication (et qui mangerait 3 pommes d'affilée ?) mais nettement plus cariogène donc ce n'est pas comparable et je ne recommanderai jamais à un enfant du jus de fruit quotidien!
    (côté fibres/vitamines/polyphénol 5 portions de légumes sont tout aussi bénéfiques).

    Dr Eve Berrato

Réagir à cet article