Hausse d’incidence des allergies, voici venir l’orage…

Après "l'hypothèse hygiéniste" de David Strachan (1) qui a permis de donner une explication cohérente de l'explosion de la fréquence des allergies au cours des 30-40 dernières années, voici que foisonnent des articles qui, sans renier l'hypothèse hygiéniste, insistent sur "l'hypothèse climatique".

Rappelons que l'hypothèse hygiéniste attribue l'augmentation de prévalence de l'asthme et des allergies à l'association de plusieurs facteurs, surtout présents dans les pays au mode de vie occidental, tels que la propreté de l'eau et de la nourriture, l'amélioration des conditions sanitaires, l'emploi des antibiotiques et les vaccinations, l'optimisation des conditions de naissance, la migration des habitants des zones rurales vers les villes, etc.

L'une des démonstrations quasi expérimentales a été le constat d'une différence de la prévalence des allergies entre l'ex-Allemagne de l'Ouest (moins d'allergies car les enfants avaient un style de vie "peu exposé aux infections" et un mode de garde individuel) et l'ex-Allemagne de l'Est (où les conditions étaient opposées avec, en particulier, un mode de garde privilégiant la vie en crèches collectives) (2).

Quelques années après la réunification de l'Allemagne, les modes de vie devinrent identiques dans l'ensemble du pays, et on a constaté alors que la prévalence des allergies, toutes formes confondues, avait augmenté à l'Est, devenant comparable à celle de l'Ouest.

Une hypothèse climatique

Toutefois, pour Rothemberg et son équipe, l'hypothèse hygiéniste se fonde davantage sur l'hygiène, au sens strict, que sur les microbiotes, et, pour ces auteurs, il est peu évident que l'hygiène primaire de nettoyage et de propreté des personnes et de l'environnement, protège vis-à-vis des allergies, ce qui va à l'encontre des mesures d'éviction des allergènes (acariens, blattes, moisissures), largement prônées par les allergologues européens et moins par les anglo-saxons.

Cette question reste très conflictuelle, et il faut noter que la prévalence des allergies a continué à augmenter alors que l'hygiène continuait à progresser.

Or le dérèglement climatique pourrait aussi favoriser l'augmentation de la prévalence des allergies par le biais des perturbations qu'il provoque : tempêtes, poussées de chaleur, incendies majeurs, dispersion des allergènes des plantes, rôle des microparticules proinflammatoires de taille inférieure à 2,5 µm, des allergènes liés aux particules diesel, etc.

Ces faits sont à rapprocher des nombreuses épidémies d'asthme associées aux orages après lesquels on observe des asthmes aigus graves (AAG), même chez les sujets n'ayant présenté jusque-là une simple rhinite allergique !

En effet, les pluies d'orage déchiquettent les pollens ramollis par la pluie, et ceux-ci libèrent alors des particules infra-microniques pouvant pénétrer profondément dans les bronches (3) à l'origine d'épidémies d'AAG entraînant une multiplication par 10 (ou bien davantage) des appels pour asthme et des admissions aux urgences. Une revue rapide de la littérature montre que ce sujet, a été très étudié par de nombreux auteurs, en particulier italiens, mais pas uniquement (voir D'Amato et coll sur PubMed) (4).

1) Strachan DP. Hay fever, hygiene, and household size. BMJ 1989; 299: 1259-1260.
2) Von Mutius E et coll. Prevalence of asthma and atopy in two areas of West and East Germany. Am J Respir Crit Care Med 1994; 149:358-364.
3) Packe GE, Ayres JG : Asthma outbreak during a thunderstorm. Lancet 1985; 2(8448): 199-204.
4) Dutau G. : L'asthme lié aux orages.  "Allergologie et pneumologie de l'enfant et de l'adolescent". Collection "Références en Pédiatrie", Elsevier-Masson, Paris, 2005, pp. 179-190

Pr Guy Dutau

Références
Rothenberg ME, The climate change hypothesis for allergic epidemic. J Allergy Clin Immunol 2022; 19: 1522-1524.
Diem JE, Stauber CE, Rothenberg R. PLos ONE 12(5): e0177937. Https//doi.org/10.137/journal.pone.0177937. Heat in the southeastern United States: Characteristics, trends, and potential health impact. 2O21 ; 21: 550-4.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article