Le taux de Lp(a) pour juger du pronostic des patients coronariens tritronculaires

Telle est la conclusion de l’étude de cohorte menée par Xu et coll. qui ont tenté de déterminer la relation qui pouvait exister entre le taux plasmatique de lipoprotéine(a) (Lp[a]) et le devenir à long terme des patients présentant une maladie coronaire tritronculaire.

L’étude a été conduite chez 6 175 patients consécutifs dont l’atteinte coronaire tritronculaire avait été objectivée par coronarographie. Ils ont été pris en charge par 3 stratégies thérapeutiques, à savoir : traitement médical seul, procédure interventionnelle coronaire percutanée (PCI) ou pontage aorto-coronaire (PAC). Ils ont été divisés en 2 groupes en fonction du taux basal de la Lp(a).

Le critère principal regroupe événements cardiovasculaires majeurs, à savoir décès de toute cause, infarctus du myocarde, revascularisation non programmée. La durée moyenne du suivi est de 6,2 ans.

Plus d’événements cardiovasculaires en cas de Lp(a) élevé initialement

Globalement, la valeur moyenne du taux plasmatique de Lp(a) était de 13,76 mg/dl. Au cours du suivi, il a été dénombré un total de 1 433 événements cardiovasculaires majeurs (survenus chez 23,2 % des patients), dont 804 (13,0 %) décès de toute cause, 302 (4,9 %) infarctus du myocarde et 494 (8,0 %) revascularisations non programmées.

L’incidence des événements cardiovasculaires majeurs a été significativement plus élevée (24,3 % vs 22,1 % ; p = 0,015) dans le groupe de patients avec un taux élevé de Lp(a) que dans le groupe de patients qui avaient un taux bas de Lp(a).

Après ajustement pour la présence de facteurs de risque, l’analyse multivariée a montré que des taux élevés de Lp(a) étaient indépendamment prédictifs de la survenue d’un des événements du critère principal (hazard ratio ajusté 1,169 ; intervalle de confiance 95% : 1,046 à 1,306 ; p = 0,006).

En conclusion, chez les patients coronariens tritronculaires, les taux plasmatiques de Lp(a) s’avèrent être des biomarqueurs potentiels de la stratification du pronostic.

Dr Robert Haïat

Référence
Xu N et coll. : Impact of Lipoprotein(a) on Long-Term (Mean 6.2 Years) Outcomes in Patients WithThree-Vessel Coronary Artery Disease. Am J Cardiol., 2020 ; 125 : 528-533.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article