L’effet venturi pour désencombrer après une chirurgie thoracique

Comme indiqué par de récents essais menés en Angleterre, la kinésithérapie respiratoire après une chirurgie pulmonaire doit être axée sur l'expansion pulmonaire et le désencombrement des voies respiratoires. Dans le cadre de cette prise en charge, des dispositifs pour améliorer la clairance du mucus tel qu’un flacon à PEP (pression expiratoire positive) sont couramment utilisés. L’intérêt d’un système résistif lors de l’expiration est d’aider à maintenir les alvéoles ouvertes, et ainsi d’améliorer leur désencombrement. Un nouveau dispositif pour l’élimination des sécrétions nommé AFE (accélérateur de flux expiratoire) a récemment été introduit pour aider à la kinésithérapie respiratoire chez les adultes et chez les enfants avec une capacité de toux réduite. La particularité de ce dispositif est l’utilisation de l’effet Venturi, afin d’accélérer le flux expiratoire et de faire remonter les sécrétions des voies respiratoires périphériques vers le larynx. L'accélération est activée uniquement lors de la phase expiratoire de manière proportionnelle à l'écoulement d'air selon la fréquence respiratoire spontanée, sans gradient de pression ni effort respiratoire.

Une étude pilote randomisée contrôlée a testé cet outil, dans le cadre de la prise en charge des patients ayant eu une lobectomie par thoracotomie pour cancer du poumon, en comparant les effets du dispositif AFE et ceux d’un système PEP. Cinquante patients adultes ont été randomisés dans l’un des 2 groupes, avec AFE (n = 26) ou PEP (n = 24).

Accélérateur de flux expiratoire contre flacon PEP, des effets peu différents

La durée du séjour a été similaire dans les deux groupes. Cependant, une incidence légèrement différente mais non significative de complications pulmonaires postopératoires a été observée entre le groupe AFE et PEP. Sur les critères secondaires, aucune différence substantielle n'a été observée en ce qui concerne la capacité inspiratoire, la fréquence respiratoire, la saturation en oxygène, la dyspnée. L’acceptabilité des deux appareils, selon les patients, ne différait pas de manière significative.

Les résultats de cette étude pilote suggèrent que l’AFE est une option de traitement, à utiliser de manière alternative plutôt qu’en remplacement du flacon de PEP, après une lobectomie du cancer du poumon. Il est possible que l’AFE soit préférable pour les patients plus faibles ou non coopératifs, et ceux présentant de grandes fuites d'air pour lesquels la PEP a des indications limitées. En effet, le flacon PEP peut nécessiter une intervention active du patient, qui doit respirer contre résistance, alors que le dispositif AFE demande simplement au patient de respirer à volume courant via un embout buccal ou un masque. De plus, la bouteille de PEP, qui produit une pression positive dans les voies respiratoires, peut augmenter les fuites d'air du thorax pendant son utilisation si une pression élevée est utilisée (10 cmH2O ou plus). Dans tous les cas, des essais ultérieurs sur des échantillon plus larges sont requis pour confirmer ces résultats encore exploratoires, et éventuellement pour les étendre au drainage d’autres pathologies respiratoires.

Anne-Céline Rigaud

Référence
Rotolo N, Cattoni M, D'Andria M, Cavanna L, Patrizio G, Imperatori A, Nicolini A : Comparison of an expiratory flow accelerator device versus positive expiratory pressure for tracheobronchial airway clearance after lung cancer lobectomy: a preliminary study. Physiotherapy. 2021;110:34-41. doi: 10.1016/j.physio.2019.01.011.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Depuis plus de 30 ans

    Le 11 juin 2021

    Article édifiant où on se vante de l'invention de l'eau tiède: l'AFE ou accélération de flux expiratoire est une technique de kinésithérapie structurée et pratiquée depuis plus de 30 ans, mais qui depuis quelques années se pratique et s'enseigne de moins en moins, surtout depuis cette campagne de dénigrement de la kinésithérapie sur les bronchiolites; les kinésithérapeutes se détournant des soins respiratoires.

    Laurent Henry

Réagir à cet article