Les différents épisodes de la vie reproductive des femmes influent sur le risque de cancer colorectal

Le cancer colorectal (CCR) est la deuxième cause de décès par cancer dans le monde. Le risque de CCR est plus élevé chez les hommes que chez les femmes. D'importantes études, dont la WHI (Women's Health Initiative), ont montré que le traitement hormonal de la ménopause (THM) était associé à une diminution du risque de CCR.

Mais il existe peu de données quant à l'influence des différents épisodes de la vie reproductive féminine sur le risque du CCR.

Une étude randomisée, cas-témoin, menée entre 2003 et 2020 par l'université d'Heidelberg, a inclus 2 650 femmes atteintes d'un CCR et 2 175 femmes témoins. Près de 95 % d'entre elles avaient plus de 50 ans, et plus de 30 % plus de 75 ans.

Les femmes atteintes d'un CCR avaient plus souvent des antécédents familiaux de CCR, elles étaient plus souvent fumeuses, elles avaient un IMC plus élevé, et un niveau d'éducation plus faible ; 61 % des femmes témoins, mais seulement 29 % des femmes atteintes d'un CCR, avaient déjà eu une coloscopie auparavant.

La grossesse, l'allaitement, la contraception orale et le traitement hormonal de la ménopause ...

Chaque grossesse (> 6 mois) était associée à une légère diminution du risque de CCR : Odds ratio OR = 0,91 par grossesse (intervalle de confiance [IC] à 95 % IC : 0,86-0,97).

L'allaitement d'une durée cumulative supérieure à 12 mois, versus l'absence d'allaitement, était associée à une diminution du risque de CCR : OR = 0,74 (IC 95 % : 0,61-0,90).

L'âge des premières règles n'était pas lié au risque de CCR.

La prise de contraceptifs oraux (CO) était associée à une diminution du risque de CCR, d'autant plus si elle avait duré plus de 9 ans : OR = 0,74 (IC 95 % : 0,63-0,88).

La prise d'un THM  était associée à une diminution du risque de CCR : OR = 0,72 (IC 95 % : 0,62-0,84).

Enfin la prise de CO et d'un THM était associée à une très importante diminution du risque de CCR : OR 0,58 (0,48-0,70).

Les mécanismes qui sous-tendent les associations entre le risque de CCR et ces différents épisodes de la vie reproductive des femmes restent peu clairs. L'association entre la prise d'un THM, qu'il soit oestro-progestatif ou seulement oestrogénique, et la diminution du risque de CCR, retrouvée dans plusieurs études antérieures, avait mis l'accent sur le rôle anti-prolifératif des estrogènes dans le développement du CCR, via le récepteur RE β présent dans l'épithélium colique.

Dr Catherine Vicariot

Référence
Amitay EL et coll. : Reproductive Factors and Colorectal Cancer Risk: A Population-Based Case-Control Study. JNCI Cancer Spectrum.2022 : 6(4): pkac042. doi.org/10.1093/jncics/pkac042 First published online June 1, 2022.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article