Les opioïdes, première cause de décès par intoxication pour les enfants américains

Les conditionnements qui rendent difficile l’ouverture des médicaments et des produits dangereux et les restrictions de prescription liées à l’âge de certains médicaments ont fait diminuer la fréquence des intoxications domestiques accidentelles des jeunes enfants. Cependant, il y a encore des décès d’enfant par intoxication, évitables par des mesures préventives. La connaissance de l’épidémiologie des intoxications létales des jeunes enfants peut contribuer à déterminer ces mesures.

CA Gaw et coll. rapportent 731 cas d’intoxications domestiques létales chez des enfants de ≤ 5 ans, recensés dans 40 Etats des USA de 2005 à 2018 inclus.

Les cas sont extraits d’un outil de déclaration en ligne des décès dans lequel sont entrés les décès d’enfants revus par les comités spécifiques. Cet outil est en effet plus informatif que les bases de données sur les intoxications.

Les victimes sont le plus souvent des nourrissons ; elles ont un âge médian de 1 an au décès, et deux tiers ont moins de 2 ans. Une sur trois avait des antécédents de maltraitance (153/481 dossiers exploitables ; 32 %) et une sur six était suivie par les Services sociaux (97/581 ; 17 %).

Dans près de deux tiers des cas, les décès sont survenus au domicile (444/682 ; 65 %). Au moment de l’intoxication l’enfant était la plupart du temps sous la surveillance d’un adulte (638/731 ; 81 %) qui était deux fois sur trois l’un des parents biologiques, et l’enfant était dans le champ de vision de cet adulte une fois sur deux (208/407 ; 51 %). Les produits se trouvaient souvent dans un espace ouvert (142/233 ; 61 %) et, parfois, ils avaient été déconditionnés (104/366 ; 28 %).

Dix-huit pour cent des intoxications létales sont intentionnelles (95/531) ; deux tiers d’entre elles concernent des enfants de moins de 2 ans. Les autres intoxications relèvent à parts égales de surdosages accidentels ou d’autres causes (effets indésirables, etc.).

Les 731 décès sont imputables à 820 produits, du fait de poly-intoxications.

Attention aux médicaments délivrés sans ordonnance

Les stupéfiants et les médicaments délivrés sans ordonnance sont les deux types de produits le plus souvent en cause.

Les opioïdes prescrits ou illicites sont impliqués dans presque la moitié des décès (346/731 ; 47 %). Le taux des décès par opioïdes est passé de 24 % en 2005 à 52 % en 2018, parallèlement à l’épidémie de consommation des opioïdes qui touche les USA. Les auteurs conseillent de penser à une intoxication par les opioïdes chez tout enfant qui a des troubles de la conscience et une dépression respiratoire.

Les médicaments délivrés sans ordonnance contre la douleur (paracétamol, ibuprofène, etc.), la toux (dextrométhorphane, etc.) ou l’allergie (diphenhydramine, etc.) sont impliqués dans 15 % des décès (108/731).

Parmi les autres substances, on peut citer les amphétamines, la cocaïne, et les boissons alcoolisées, principalement létales avant l’âge de 1 an, et le monoxyde de carbone à l’origine de 49 décès.

Une des limitations de cette étude est le caractère incomplet des déclarations de décès. Cependant, ses résultats montrent que les intoxications létales des jeunes enfants sont dues le plus souvent aux opioïdes et aux médicaments délivrés sans ordonnance, et suggèrent que leur prévention doit viser toutes les personnes qui s’occupent d’enfants ainsi que certaines communautés.

Dr Jean-Marc Retbi

Référence
Gaw CA et al. : Characteristics of fatal poisoning among infants and young children in the United States. Pediatrics 2023 ; 151(4) : e2022059016. Doi : 10.1542/peds.2022.059016

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article