Les thromboses veineuses des membres supérieurs ne sont pas celles des membres inférieurs…

Les thromboses veineuses des membres supérieurs ne sont pas celles des membres inférieurs. Elles s’en distinguent notamment par les étiologies, le pronostic et les complications.

Leur prise en charge n’en repose pas moins sur le traitement anticoagulant dont le rapport bénéfice/risque est ici imparfaitement connu. D’où l’intérêt d’une méta-analyse qui a fait appel aux bases de données MEDLINE et EMBASE. Les critères de jugement principaux étaient les récidives de la thrombose et les accidents hémorragiques majeurs. Les critères secondaires ont inclus les hémorragies non majeures et la mortalité globale. Les données ont été traitées à l’aide d’une méta-analyse à effets aléatoires.

Cette recherche a abouti à la sélection de vingt études- dont onze prospectives et neuf prospectives- regroupant au total 1 473 patients. Dans 60 % des cas, c’est un cathéter veineux central à demeure qui était la cause de la thrombose veineuse des membres supérieurs et, plus d’une fois sur deux (56,1 %), il existait un cancer évolutif sous-jacent. Le traitement anticoagulant systématique reposait sur les anticoagulants oraux directs (45,1 %), les héparines de bas poids moléculaire (35,0 %) ou les antivitamines K (19,9 %).

Mortalité globale proche de 10 %

Au cours d’un suivi médian de 13 mois, la thrombose a récidivé in situ chez 3 % des patients (intervalle de confiance à 95 % IC 95% : 2–4; 21/1334). Une hémorragie majeure a également concerné 3 % des patients (IC 95% : 2 %–5 % ; 29/1235), versus 4 % (IC 95% : 3 %–6 % ; 40/1075) pour ce qui est des hémorragies non majeures.

La mortalité globale, pour sa part, a été estimée à 9 % (IC 95% : 5 %–15 %; 108/1084). Ces chiffres se sont avérés indépendants de l’étiologie, notamment de l’existence ou non d’un cancer et il en a été de même pour le rôle des cathéters veineux centraux. Ils n’ont pas non plus été tributaires de la classe pharmacologique des anticoagulants utilisés.

Cette méta-analyse donne une idée précise du rapport bénéfice/risque du traitement anticoagulant chez les patients atteints d’une thrombose veineuse des membres supérieurs. Le risque de récidive de la thrombose apparait faible, alors que le risque d’accidents hémorragiques majeurs n’est pas négligeable, la mortalité globale étant proche de 10 %.

Dr Philippe Tellier

Références
Valeriani E et coll. : Anticoagulant treatment for upper extremity deep vein thrombosis: A systematic review and meta-analysis. J Thromb Haemost 2022 Mar;20(3):661-670.doi: 10.1111/jth.15614.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article