Les valvulopathies seraient fréquentes au cours de la sclérodermie systémique

Les manifestations de l’atteinte cardiaque au cours de la sclérodermie sont polymorphes car toutes les structures tissulaires peuvent être affectées par l’inflammation ou plus souvent la fibrose, qu’il s’agisse du myocarde, du péricarde ou encore du tissu nodal. Au premier plan, figurent les troubles du rythme ou de la conduction auriculoventriculaire, le dysfonctionnement diastolique voire systolique du ventricule gauche, ou un tableau clinique d’insuffisance cardiaque d’aggravation progressive. L’atteinte valvulaire quoique possible n’a été que rarement décrite.

Une petite étude du type cas-témoins a inclus 78 cas de sclérodermie systémique et 156 témoins appariés selon l’âge et le sexe (âge moyen dans les deux groupes (56,0 ± 15,7 ans ; femmes : 91 %). La prévalence des valvulopathies jugées sévères ou modérées selon des critères échocardiographiques précis s’est révélée être à l’état basal près de quatre fois plus élevée dans le groupe des cas, soit 6 % versus 0 % ; p = 0,004).

Quatre fois plus que dans la population générale

Au cours d’un suivi de dix ans, une valvulopathie sévère ou modérée, le plus souvent à type d’insuffisance mitrale ou de sténose aortique, plus rarement d’insuffisance tricuspidienne s’est installée chez 18 patients atteints de sclérodermie systémique, cette éventualité ne concernant que 12 témoins. L’incidence cumulée de cette complication pendant ces dix années a été estimée à 17,9 % (intervalle de confiance à 95 % IC 95% 10,7-29,9) en cas de sclérodermie systémique, versus 2,3 % chez les témoins, ce qui conduit à un hazard ratio de 4,23 (IC 95% 2,03-8,83). Le seul facteur de risque significativement associé à ces valvulopathies a été l’existence d’une maladie coronarienne.

Les valvulopathies seraient donc au moins quatre plus fréquentes chez les patients atteints d’une sclérodermie systémique quelle que soit l’approche, transversale ou longitudinale, du problème. Les régurgitations mitrales et les sténoses aortiques, semblent les plus représentées devant les insuffisances tricuspidiennes. D’autres études sont nécessaires pour confirmer ces résultats et préciser les mécanismes pathogéniques sous-jacents.

Dr Philippe Tellier

Référence
Kurmann RD et coll. : Increased Risk of Valvular Heart Disease in Systemic Sclerosis: An Underrecognized Cardiac Complication. J Rheumatol. 2021 ;publication avancée en ligne le 15 janvier. doi: 10.3899/jrheum.201005.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article